"Les Ukrainiens avaient refusé d'arroser la pelouse..."

Voir le site Euro 2012 de football

'Les Ukrainiens avaient refusé d'arroser la pelouse...'
Par Maxime DUPUIS, envoyé spécial à Donetsk|Ecrit pour TF1|2012-06-15T21:24:14.000Z, mis à jour 2012-06-16T15:15:43.000Z

Samir Nasri et ses coéquipiers sont sortis vainqueurs d'un match dont un énorme orage aura tenu le premier rôle durant 55 minutes.

Cela restera l'image de ce match. Cet éclair venu fendre La Marseillaise. Et le terrible orage qui a suivi et coupé les Bleus dans un élan qu'ils venaient à peine de prendre. Quatre minutes de jeu à peine et des acteurs trempés jusqu'aux os, rentrant aux vestiaires, renvoyés par un arbitre soucieux de leur intégrité physique : voilà par quoi on aurait pu résumer Ukraine - France si les éléments n'avaient pas fini par se montrer plus cléments. Derrière cette interruption, 55 minutes d'attente. Interminables. Mais parfaitement gérées par les Bleus.

"Ça nous a fait du bien, plaisante Karim Benzema. Je dis ça pour rigoler mais il est vrai que l'on ne s'est pas pris la tête." Que s'est-il passé pendant durant cette interruption ? On a vu Franck Ribéry, serviette sur le dos, se réchauffer et s'entretenir avec son Bavarois de coéquipier Anatoliy Tymoshchuk. Yann M'Vila, Blaise Matuidi, Marvin Martin et Hatem Ben Arfa, remplaçants au coup d'envoi, sont eux allés tester la pelouse après le déluge, ballon entre les mains, tandis que leurs coéquipiers tentaient de remettre le moteur à température.

"On pensait que le match serait annulé"

"On a parlé un peu et comme il y avait une salle derrière avec du synthétique, on a pris les ballons et continué à s'échauffer", a révélé Karim Benzema. "On est rentré dans le vestiaire, on a parlé tactique et on a fait des exercices pour rester chauds puisque on savait que si ça s'arrêtait de pleuvoir, ça repartirait après. On ne s'est pas démobilisés", confirme Samir Nasri, plutôt heureux du mauvais tour que le ciel a joué... aux Ukrainiens. "En début de match, les Ukrainiens avaient refusé de faire arroser la pelouse. Avec cette pluie, le jeu a bien été fluidifié."

Et le mercure est quand même bien redescendu : "C'était beaucoup mieux de jouer comme ça. Au moins, il y avait de l'air", s'est réjouit Karim Benzema, qui a mieux vécu l'interruption qu'Alou Diarra, encore une fois excellent vendredi soir. "Cette coupure n'a pas été évidente. D'autant qu'on avait bien entamé le match. L'objectif était alors de ne pas se refroidir. Ça a plutôt bien marché", a-t-il confié avant d'avouer : "C'est impressionnant comme le terrain a absorbé l'eau. On pensait que le match serait annulé." Il ne l'a pas été. Et personne ne le regrettera.