Un quart, et plus si affinités

Voir le site Euro 2012 de football

Un quart, et plus si affinités
Par Cédric ROUQUETTE|Ecrit pour TF1|2012-05-24T19:28:00.000Z, mis à jour 2012-05-26T15:15:20.000Z

La présence en quart de finale est l'objectif officiel des Bleus pour l'Euro 2012. Mais à Clairefontaine, on n'exclut plus rien...

Il est loin, le temps de la petite phrase, si commentée, prononcée dans Le Monde, le 17 février. Laurent Blanc affirmait alors que l'équipe de France irait à l'Euro pour "gagner un match". Le sélectionneur avait bien expliqué que les Bleus restaient sur deux nuls et quatre défaites en six matches lors de leurs deux dernières phases finales et qu'il s'était seulement positionné par rapport à ces "références", l'impact du discours avait été négatif, perçu comme une provocation, au-delà même d'un coupable manque d'ambition.

A deux semaines du début de la compétition, le sélectionneur a adouci le message et affûté ses ambitions. Le discours officiel est devenu le suivant : "L'objectif est d'être présent lors des quarts de finale. En tout cas en ce qui me concerne et en ce qui nous concerne, nous le staff." A un journaliste qui lui demandait si la victoire finale était envisageable, Blanc a répondu en entrebâillant la porte, d'une pirouette : "Vous êtes tous les mêmes... J'ai dit qu'on voulait être présents au stade des quarts de finale. Pour aller en finale, il faut passer par les quarts..."

Les fiascos de 2008 et 2010 dans la tête

Depuis l'entretien du Monde, un match a changé la perception du potentiel des Bleus : la victoire (2-1) en Allemagne, qui a donné "beaucoup de confiance au groupe et aux supporters", selon Blanc. Elle va se matérialiser dans un sondage à paraître dans France Football, lequel indique que la population française voit les Bleus atteindre le dernier carré. "C'est bien", a réagi Blanc, qui, au-delà du "stade final" que pourra atteindre l'équipe, par définition aléatoire, a surtout conscience de devoir laver de multiples déceptions. "Après ce qui s'est produit en 2010, on espère être en quart de finale. Après, et vous le savez bien, il peut tout se passer. Lors des deux dernières compétitions internationales, la France n'a pas franchi le premier tour... Je ne le dis pas pour me préserver : c'est une réalité. Donc le premier objectif qu'on doit s'imposer doit être d'aller en quart."

Interrogé sur le potentiel de l'équipe, le sélectionneur a cependant refusé de dire qu'il pouvait légitimement viser la dernière semaine. "Il m'est très difficile de répondre... L'Espagne a le potentiel pour gagner, on a le même avis là-dessus. Mais pour la France, on ne peut pas affirmer cela. Dans un match de football, tout peut se passer, surtout après les poules. L'Allemagne ne me semble pas très loin de l'Espagne. Les Pays-Bas aussi." Il n'a pas cité la France, même si la presse étrangère présente à Clairefontaine sourit de tant de modestie chez un ancien champion du monde et d'Europe, fournisseur officiel de plusieurs grands clubs européens.

A lire entre les lignes, on comprend que les Bleus de demain pourront (re)jouer dans cette catégorie. "J'estime que ce qui fait la force d'une équipe, dit Blanc, c'est la qualité des joueurs qui la composent. L'équipe de France a des joueurs talentueux. Certains le démontrent dans leur club, d'autres pas encore à 100%. J'espère que ce sera le cas durant cet Euro. Mais pour ça l'état d'esprit est important. Dans les sports collectifs, la qualité ne suffit pas. L'intérêt collectif est la chose la plus importante à préserver." Focalisé sur l'image de l'équipe deux ans après le désastre sud-africain, Noël Le Graët préciserait plus tard : "L'équipe de France se fera aimer par ses résultats et ses comportements." Les joueurs, eux, font moins de manière. En début de semaine, Philippe Mexès affirmait sans complexe viser la victoire finale. Jeudi, en fin de conférence, Malouda a été interrogé en anglais. Le ton du Guyanais a alors changé, comme s'il souhaitait adresser un message à l'Europe entière. "Nous sommes jeunes, nous sommes ambitieux. A nous de le prouver. Je ne fixe pas de limite pour l'équipe."