Van Persie, bien à sa place ?

Voir le site Euro 2012 de football

Van Persie, bien à sa place ?
Par Glenn CEILLIER|Ecrit pour TF1|2012-06-04T16:44:09.000Z, mis à jour 2012-06-05T19:53:03.000Z

La suite de notre série sur les buteurs de l'Euro nous conduit à nous intéresser à Robin Van Persie, génial buteur à Arsenal, souvent exilé avec les Pays-Bas.

Après sa superbe saison avec Arsenal, Robin van Persie va devoir confirmer avec les Pays-Bas où il est en concurrence avec Klaas-Jan Huntelaar pour le poste d’avant-centre. S’il peut jouer sur un côté, RVP semble bien parti pour évoluer en pointe, comme au Mondial 2010 où il avait manqué de réalisme.

SA SAISON :

Pour une fois, Robin van Persie n'a pas été trop embêté par les blessures. Les filets de Premier League en ont souffert. Le Néerlandais a signé sa saison la plus prolifique avec Arsenal. Redoutable d'efficacité, l'attaquant néerlandais a terminé à la première place du classement des buteurs du Championnat d'Angleterre avec 30 réalisations en 38 matches. En Ligue des champions, il a aussi fait parler la poudre avec 5 buts en 8 rencontres et termine avec 37 buts toutes compétitions confondues. Joueur clef des Gunners, RVP aura marqué ou délivré une passe décisive (13 en tout cette saison) toutes les 81.9 minutes cette saison lors de ses 48 matches avec le club londonien ! Sans surprise, il a d'ailleurs été désigné meilleur joueur de Premier League par ses pairs.

SA FORME DU MOMENT :

Après un petit passage à vide marqué par quatre matches sans marquer et sept sans inscrire de but dans le jeu, l'artiste néerlandais a fini sa saison avec les Gunners du bon pied. Auteur d'un but contre Stoke City (1-1), puis d'un doublé avec Norwich City (3-3), il a retrouvé son efficacité et a rejoint sa sélection avec le plein de confiance. Il a d'ailleurs marqué lors de son premier match de préparation à l'Euro face à la Bulgarie (défaite 1-2) et a signé un doublé contre l’Irlande du Nord (6-0) samedi.

SON EXPÉRIENCE EN GRANDES COMPÉTITIONS INTERNATIONALES :

A 28 ans, Robin van Persie est un habitué de la sélection néerlandaise comme en témoignent ses 28 buts en 65 capes. Et des grands rendez-vous avec son pays. Depuis sa première sélection en juin 2005, RVP n'a en effet rien raté avec la sélection batave. Lors des Coupes du monde 2006 et 2010, il a disputé tous les matches des Pays-Bas dans la peau d'un titulaire (1 but dans chaque épreuve). Il a aussi été de l'aventure à l'Euro 2008 où il a planté deux buts malgré son statut de remplaçant. Sa plus belle aventure collective en sélection reste le Mondial 2010 terminé par un échec en finale face à l'Espagne (1-0). Il disputera en Pologne et en Ukraine son quatrième grand tournoi international.

SON REGISTRE EN SÉLECTION :

C'est l'éternel débat aux Pays-Bas. Qui de Robin van Persie ou de Klaas-Jan Huntelaar doit évoluer en pointe ? Dans l’incontournable et immuable 4-2-3-1 des Pays-Bas, Bert van Marwijk va devoir faire un choix et pourrait profiter de la polyvalence de RVP, ancien ailier gauche ou deuxième attaquant. Il l'a fait régulièrement depuis le Mondial 2010 en décalant le Gunner dans le couloir gauche. Si les deux sont redoutables avec leur club, Huntelaar semblait d'ailleurs avoir pris une longueur d'avance pour le poste d'avant-centre en sélection où il est devenu le meilleur artificier des qualifications pour l'Euro 2012 (12 buts en 10 matches). Mais voilà, van Marwijk apprécie aussi les qualités de RVP en pointe où il participe beaucoup plus qu' Huntelaar à l'animation offensive. Le Gunner a d'ailleurs été titularisé aux dépens d’Huntelaar à deux reprises lors des matches de préparation. De bon augure pour le meilleur buteur de la Premier League qui aime désormais jouer près du but adverse. Mais qui devra justifier la confiance que lui confère son sélectionneur en se montrant plus efficace qu'au Mondial 2010.

LA STAT : 1

Si les Pays-Bas sont arrivés en finale, son bilan individuel au Mondial 2010 l'a marqué au fer rouge. Le natif de Rotterdam a manqué de réalisme en Afrique du Sud. Mais malgré son rendement famélique (1 but en sept matches), Bert van Marwijk lui a maintenu sa confiance et a continué de l'aligner en pointe jusqu'au bout. Cible de la presse néerlandaise durant ce tournoi sud-africain, il espère se rattraper en Pologne et en Ukraine.

Van Persie, bien à sa place ?