Van Persie, oranje sous pression

Voir le site Euro 2012 de football

Van Persie, oranje sous pression
Par G.C.|Ecrit pour TF1|2012-06-08T16:31:08.000Z, mis à jour 2012-06-09T15:49:57.000Z

Préféré à Klaas-Jan Huntelaar, Robin van Persie se sait attendu avant le début de l'Euro, que les Pays-Bas commencent face au Danemark (18h00).

Klaas-Jan Huntelaar est "déçu" et "fâché". "Maintenant, je préfère me taire et continuer à m'entraîner dur. Ca n'aurait pas de sens de parler", a avoué le buteur de Schalke 04 à l'agence néerlandaise ANP cette semaine. Les Pays-Bas n'ont pas encore disputé leur premier match de l'Euro face au Danemark mais déjà des tensions sortent du groupe néerlandais. Comme souvent chez les Oranje. Trop souvent. Et Robin van Persie se retrouve au centre des attentions avec encore un peu de pression sur les épaules.

Sa saison avec Arsenal devrait pourtant lui permettre d'arriver en pleine confiance et serein en Ukraine et en Pologne. Avec ses 30 buts en 37 journées de Premier League, le Gunner a démontré une efficacité étonnante qui le rendrait incontournable dans presque toutes les sélections. Mais voilà, aux Pays-Bas, il est dans ses petits souliers. Au pays, il essuie même certaines critiques. Ses performances au Mondial 2010 sont ainsi encore dans tous les esprits.

Un but contre le Danemark pour se libérer

Aligné en pointe contre vents et marées par Bert van Marwijk, RVP a eu un rendement famélique en Afrique du Sud (1 but en sept matches). Malgré les critiques, van Marwijk ne l'a jamais sorti de son onze. Le sélectionneur batave a choisi la même option pour entamer cet Euro. Séduit par sa saison avec Arsenal et sa participation à l'animation offensive de sa sélection, il a préféré aligner le Gunner en pointe à la place de Klaas-Jan Huntelaar dans ce fameux 4-2-3-1 des Pays-Bas.

Les 29 buts en Bundesliga et le statut de meilleur buteur des qualifications pour l'Euro (12 réalisations) allaient pourtant dans le sens d'une titularisation d'Huntelaar en pointe, quitte à décaler RVP dans le couloir gauche. Mais van Marwijk apprécie les qualités de l'ancien joueur de Feyenoord devant. Alors, il n'en démord pas. S'il se dit "très serein", Robin van Persie se sait attendu. Pour son quatrième grand tournoi international, il doit vite marquer dans cet Euro pour faire taire ses détracteurs et justifier la confiance de son sélectionneur, qui n'aurait alors pas à regretter d'avoir "fâché" Huntelaar. Les Danois sont prévenus.