Dans l'actualité récente

Belgique : Forces et faiblesses avant l’Euro

Voir le site Euro 2016 de football

belreddevils training 08062016 itp
Par Christopher LE CAER|Ecrit pour TF1|2016-06-09T14:04:24.157Z, mis à jour 2016-06-09T14:20:54.884Z

Pour sa 5ème participation à l’Euro, la Belgique débarque en France avec des ambitions, mais aussi quelques doutes, notamment en défense. Tour d’horizon des forces et faiblesses des Diables Rouges.

Et si la Belgique soulevait le trophée le 10 juillet prochain ? Fort d’une campagne de qualification réussie (elle a terminé en tête de son groupe devant le pays de Galles, avec sept victoires, deux nuls et une défaite) et d’une deuxième place au classement Fifa, la sélection belge arrive en France dans la peau de favori, au même titre que l’Allemagne ou la France par exemple. Alors oui, les Diables Rouges peuvent aller au bout. Pourquoi ? Tout d’abord parce que la Belgique dispose de joueurs expérimentés jouant dans les plus grands clubs d’Europe (Chelsea, Manchester City, Manchester United, Barcelone, Atlético de Madrid). Aujourd’hui, le sélectionneur Marc Wilmots peut compter sur une génération talentueuse emmenée par Eden Hazard, promu capitaine en l’absence de Kompany, blessé.

Devant c’est impressionnant…

Dans les buts, Thibaut Courtois est entré dans le cercle des meilleurs gardiens du continent et il a récemment été encensé par Gianluigi Buffon : « Je crois que Courtois fait déjà partie du top 3 mondial. Il est jeune et il peut uniquement devenir meilleur », a-t-il déclaré dans Het Laatste Nieuws. Mais c’est surtout vers l’avant que le potentiel belge peut faire des miracles. Avec Hazard, De Bruyne, Carrasco, Lukaku et Origi, Marc Wilmots n’a rien à envier aux autres nations. Au milieu de terrain, des joueurs comme Fellaini et Nainggolan sont également souverains. Si la mayonnaise prend durant l’Euro, la Belgique a toutes ses chances.

Revoir les meilleures actions de France - Belgique dans les conditions du direct :


… Derrière ça inquiète

Si le potentiel offensif n’est pas à remettre en cause, en revanche il plane de sérieux doutes sur la défense. L’arrière-garde des Diables Rouges a été décimée avec les forfaits de Engels, Lombaerts, Boyata et surtout de l’habituel capitaine Vincent Kompany (touché aux adducteurs). Ils ne verront pas la France car blessés. Les défenseurs chargés de les remplacer n’ont pas forcément donné des gages de sérénité et satisfaction et la Belgique a encaissé quatre buts lors de ses matchs de préparation face à la Suisse, la Finlande et la Norvège. Pas forcément rassurant avant d’affronter l’Italie à Lyon (le 13 juin).

La Belgique dans le groupe de la mort

Autre ombre au tableau : la poule E, qualifiée de « groupe de la mort ». En effet, pour espérer aller loin dans la compétition, les Belges devront forcément faire de gros résultats face à d’autres nations qui font figure d’outsiders. L’Italie d’abord, capable du pire (éliminée au premier tour du Mondial 2014), mais aussi du meilleur (vainqueur de la Coupe du monde 2006, finaliste de l’Euro 2012). La Suède ensuite aura son mot à dire. Et si Zlatan est en grande forme…

Le programme : la Belgique affrontera successivement l’Italie (à Lyon le 13 juin), l’Irlande (à Bordeaux le 18 juin) et la Suède (à Nice le 22 juin).

    

en savoir plus : Equipe de Belgique de Football