Dans l'actualité récente

Belgique : Pour le jeu, on repassera...

Voir le site Euro 2016 de football

Kevin de Bruyne
Par Axel BENCHINA|Ecrit pour TF1|2016-06-14T09:34:13.782Z, mis à jour 2016-06-14T10:59:03.492Z

Hazard, De Bruyne, Witsel, Carrasco… La Belgique compte de nombreux « joueurs de ballon » offensivement. Pourtant face à l’Italie lundi, les Belges n'ont pas été flamboyants. Bien au contraire…


Défaite 2-0 par l’Italie pour son premier match de la compétition, la Belgique inquiète d’autant plus qu’elle n’a proposé quasiment aucune phase de jeu construite. Décevant lorsqu’on a autant de talents offensifs en attaque.


Des individualités contestées ?


Après la défaite de son équipe, Marc Wilmots, le sélectionneur belge a surpris un peu tout le monde en conférence de presse : « Ça m’arrange bien que tout le monde retombe les pieds sur terre, en Belgique. Mais il nous reste deux matches pour nous qualifier ». L’ancien attaquant des Girondins de Bordeaux n’était visiblement pas inquiet après la prestation de son équipe. Il est vrai que le classement Fifa de la Belgique (deuxième derrière l’Argentine) et les joueurs qui la composent suscitaient des attentes peut-être disproportionnées. Le sélectionneur belge n’est d’ailleurs pas innocent à cette déroute face à la Squadra Azzura. Wilmots n’a pas construit son équipe pour déstabiliser la Belgique par le jeu. Fellaini et Lukaku étaient plus souvent recherchés pour faire parler leur jeu de tête. La position du joueur de Manchester United, en numéro 10, peut laisser également à désirer.  

Après une très bonne saison avec Manchester city, Kévin De Bruyne semblait également en deçà de ce qu’il a l’habitude faire en sélection et en club mais Wilmots n’a pas songé à la faire sortir : « Le gamin est-il fatigué après une saison harassante ? C’est possible. Mais il a donné tellement pour l’équipe nationale qu’il ne faut pas compter sur moi pour l’accabler. Je l’ai laissé sur le terrain car il est toujours capable d’effectuer un geste décisif. ».


Un manque d’expérience indéniable


Malgré un pourcentage de passes réussies supérieurs à l’Italie (84% contre 77 pour l’Italie) et une domination plutôt claire, la Belgique a été corrigée tactiquement par la Nazionale. Pris deux fois en contre, les Belges n’ont pas su contrer la méthode italienne, pourtant prévisible. Axel Witsel, souvent seul dans le milieu de terrain, a reconnu après la rencontre la supériorité italienne : « L’Italie a été beaucoup plus intelligente, expérimentée et efficace que nous ».  



en savoir plus : Equipe d'Italie de Football, Equipe de Belgique de Football