Croatie : Une qualif' décrochée in-extremis

Voir le site Euro 2016 de football

RTSCMD4
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-06-06T10:38:19.503Z, mis à jour 2016-06-06T10:57:35.198Z

Dans un groupe de qualifications pourtant à sa portée, la Croatie a attendu la dernière journée et un succès à Malte pour valider son ticket pour la France.

Les Croates ont du attendre le dernier quart d'heure du dernier match de qualification pour assurer leur présence à l'Euro.

France - Ecosse : l’interview de Paul Pogba "N'Golo Kanté a été excellent"


Les Croates dans le dur

On les imaginait tranquillement se balader dans le groupe H dans lequel ils avaient été plongés et  former, avec l'Italie, la paire gagnante en vue du Championnat d'Europe en France. Si l'Italie a plutôt été à la hauteur des attentes, rien n'aura été simple pour la sélection croate.  La faute, donc, à une Italie, première de son groupe et revancharde après un Mondial 2014 catastrophique et surtout à une équipe de Norvège beaucoup plus accrocheuse que prévue. 

A un quart d'heure près

Les Scandinaves, malgré un 5-1 concédé à Zagreb, sont en effet les seuls à avoir fait tomber la bande à Ivan Rakitic (2-0), repoussant à l'ultime journée de cette phase de qualification la bonne nouvelle. Le dénouement fut même épique puisque, 74 minutes durant, c'est la Norvège qui tenait sa qualification en menant en Italie avant de voir son destin filer entre ses mains (score final 2-1 pour l'Italie). La réalisation de Perisic, à Malte (0-1), se transformait en but salvateur.

Kovac remercié, Cacic arrive

Avec 20 buts inscrits lors de leur campagne  (pour 6 victoires, 1 nul, 3 défaites), la sélection au damier rouge et blanc a achevé son parcours avec la meilleur attaque du groupe H. Ce qui n'a pas empêché la sélection croate de sombrer dans la crise l'été dernier avec le limogeage du sélectionneur Niko Kovac et la nomination du méconnu Ante Cacic. «Cela a amené de la paix et de la confiance», a néanmoins jugé Modric. «Tout est réuni pour que nous réussissions un bon Euro, mais on verra bien.»