Dans l'actualité récente

La défense des Bleus : De la roche Tarpéienne au Capitole

Voir le site Euro 2016 de football

Laurent Koscielny face à l'Ecosse
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-07-08T14:45:41.161Z, mis à jour 2016-07-08T15:58:23.101Z

On la présentait comme le point faible de l'équipe de France, c'est pourtant elle qui l'a qualifiée pour la finale.

C'était la grande inquiétude au moment de commencer l'aventure de l'Euro. Après les défections consécutives de Zouma, Varane, Trémoulinas, Sakho, Debuchy et Mathieu, l'arrière-garde de l'équipe de France paraissait maudite et très largement amoindrie au moment de disputer à la maison, la compétition d'une vie.

Des débuts inquiétants

Orpheline de ses leaders d'hier, avec notamment l'absence de trois des quatre titulaires de la Coupe du Monde 2014, la défense des Bleus s'est présentée en pleine reconstruction lors des premiers matches de préparation. A côté de Koscielny, un revenant, le Sévillan Adil Rami, faisait passer de nombreux frissons auprès des supporters contre le Cameroun et l'Ecosse alors que le chef de bande Patrice Evra semblait clairement à côté de ses pompes. Sans jus, il faisait tout d'un coup ses 35 ans. Quant à Sagna, son incurie offensive n'était pas compensée par sa défense, pas toujours intraitable.

Très friable en préparation, ce quatuor partait dans l'inconnu.

L'affirmation de Kos the Boss

Pourtant, profitant d'un premier tour abordable, la défense bleue a petit à petit pris confiance. Autour d'un Koscielny enfin taille patron, à la hauteur de sa réputation anglaise, elle a su prendre la mesure de ses advesaires pour arriver en quart de finale sans avoir concédé le moindre tir cadré dans le jeu. Ne cédant que sur deux pénaltys.

Elle s'était construit quelques certitudes remises en question par la suspension d'Adil Rami pour le quart de finale contre l'Islande.

La révélation Umtiti

Pour le remplacer, Didier Deschamps n'a pas hésité à miser sur la jeunesse avec le futur Barcelonais Umtiti. Célébrant sa toute première sélection lors du quart de finale avec une prestation solide sans fioritures, il a gagné le droit de défier l'Allemagne.

Et c'est contre le champion du monde que les quatre défenseurs ont réalisé leur match référence. Dans le sillage d'un Lloris impérial, la charnière Koscielny-Umtiti a rayonné dans les duels, éteignant Thomas Muller et ses partenaires. Une performance XXL au moment d'aborder la finale.

Les mauvaises langues persiflaient avant l'Euro qu'une grande compétition se remportait d'abord avec la défense, arguant que la France serait ainsi limité. Force est de constater que cette grande défense, les Bleus l'ont trouvée.

► Un onze-type de l'Euro 2016 à l'esprit ? Créez-le et partagez-le en cliquant ici

en savoir plus : Equipe de France de Football