Eden Hazard : « Le PSG, ce n’est pas dans mes projets »

Voir le site Euro 2016 de football

Eden Hazard
Par Jean-Moïse DUBOURG|Ecrit pour TF1|2016-06-05T10:00:12.235Z, mis à jour 2016-06-06T08:54:21.298Z

Au cours d’un entretien exclusif diffusé dimanche dans Téléfoot, Eden Hazard, le capitaine de la Belgique, a effectué un tour complet de son actualité. Chelsea, transfert, Belgique, Euro... Verbatim.

A une semaine du coup d'envoi de l'Euro 2016, Eden Hazard  aborde pour Téléfoot tous les sujets brûlants : ses ambitions avec les Diables Rouges, son regard sur l'Equipe de France, son avenir à Chelsea (ou ailleurs ?)... Un entretien riche en enseignements. 


Sa saison avec Chelsea

« C’était une saison compliquée. Avec tout ce qui s’est passé, je suis bien revenu. J’espère être à 100% pour débuter cet Euro qui est important pour nous. La mauvaise saison de Chelsea est dure à expliquer, honnêtement. On essaie de trouver les réponses. C’était un tout. On savait que c’était difficile de faire une belle saison après un titre. On s’est peut-être un peu trop lâché pendant les vacances et le début de saison a été dur à enchaîner. Une fois que la confiance n’est plus là, c’est difficile de la retrouver. On a aussi eu des blessures. C’était une saison difficile mais ça va aussi nous permettre d’avancer. Ce n’est pas facile tous les jours, quand vous êtes habitués à être au top… Ça faisait cinq ou six ans que j’étais au top, là c’est la première année où c’était plus compliqué mais dans une carrière il y a des hauts et des bas. Pour l’instant je n’ai eu que des hauts sauf cette année où ça a été un peu moins bien mais j’apprends. J’ai 25 ans, j’apprends tous les jours. J’espère que ça ne se reproduira pas la saison prochaine. »

Sa relation avec les supporters de Chelsea

« Eux aussi ont vécu une saison compliquée. Leur première cible, ce sont les joueurs. C’est normal qu’ils expriment leur mécontentement. Mais je pense qu’ils ont toujours été derrière nous et ça s’est plutôt bien fini sur les derniers matches. »

Son échange de maillot avec Di Maria en Ligue des Champions

« Ça a fait tout un buzz. Si j’avais marqué le but de la qualification, on n’aurait rien dit. Mais comme ça va moins bien, les joueurs cibles sont vite critiqués. Mais on a continué à avancer pour essayer d’oublier cette année un peu bidon. Honnêtement, je dois vous dire que c’est lui qui m’a demandé mon maillot (rire). Wouahhh ! Moi, un joueur comme ça qui me demande mon maillot, je lui échange. Je n’attends pas. Je ne lui dis pas d’attendre d’être au vestiaire sinon les fans ne vont pas être contents. Ça s’est fait instinctivement. Comme quand je joue, l’échange de maillots a été instinctif. »

Mourinho

« A la fin, l’atmosphère était un peu pesante. D’un côté, on n’avait pas envie qu’il parte parce qu’on avait vécu de superbes choses ensemble ; mais d’un autre côté on s’est dit que s’il partait ça allait peut-être être plus tranquille. Et c’est ce qui est arrivé. Mais Mourinho, c’est le meilleur entraîneur. On a vécu deux super belles saisons. Il nous a beaucoup laissé faire, il nous a accordé sa confiance. »

Sa situation et les rumeurs sur son éventuel transfert au PSG

« J’ai un contrat jusqu’en 2020. Je suis à Chelsea, je suis bien là, je n’ai pas envie de finir sur une année comme ça. Je suis parti de Lille en patron, j’aimerais partir de Chelsea en patron… si je dois partir un jour. Là, l’Euro commence, Chelsea c’est oublié. Après on verra. Le PSG, ce n’est pas dans mes projets. »

L’Euro et la Belgique

« Les ambitions de la Belgique sont énormes parce qu’on a un groupe de qualité. Tous ensemble, si on fait les efforts, on peut faire quelque chose de grand. Mais dans un Euro, beaucoup de choses se passent. On a trois matches de poule pas faciles. On va donner le maximum et on va essayer d’aller le plus loin possible. Trois ou quatre équipes sont vraiment armées pour gagner : la France, peut-être nous, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne. »

Son rôle de capitaine de la Belgique

« Il y a quatre ans, je n’aurais jamais imaginé être capitaine. Mais je commence à avoir de l’expérience. J’ai plus de 60 matches en sélection à 25 ans, je suis l’un des plus vieux dans le groupe. Mais brassard ou pas brassard, j’essaie de donner le maximum sur le terrain. Je ne parle pas beaucoup en dehors mais sur le terrain, avec ce que je sais faire avec le ballon, j’essaie d’amener tout le monde à son meilleur niveau. Je dois montrer l’exemple. »