Dans l'actualité récente

Equipe de France : Cabaye plutôt que Kanté ?

Voir le site Euro 2016 de football

Cabaye, Kanté ou Schneiderlin ? Qui pour remplacer Diarra dans le 11 de Deschamps ?
Par Axel BENCHINA|Ecrit pour TF1|2016-06-03T11:05:45.303Z, mis à jour 2016-06-03T16:14:20.878Z

Après le forfait de Lassana Diarra, Didier Deschamps doit trouver une nouvelle sentinelle. Cabaye aurait l’avantage sur Kanté, notamment pour le match face à l'Ecosse samedi à Metz.

Schneiderlin a été appelé d’urgence pour faire le compte et pallier à la blessure de Lassana Diarra pour l’Euro. Mais vraisemblablement ce n’est pas lui qui sera titulaire aux côtés de Matuidi et Pogba dans le milieu de terrain.

Contre le Cameroun, Cabaye s'est procuré deux énormes occasions. 


L’entraînement à huis-clos a livré des indices

Jeudi soir, les Bleus se sont entraînés à huis-clos dans les montagnes autrichiennes. L’opposition à l’entraînement a montré quelques signes et c’est bien Yohan Cabaye qui a débuté en position de sentinelle. Le milieu de terrain de Crystal Palace a plus souvent évolué avec les relayeurs du milieu de terrain français que Kanté, encore jeune capé. Durant l’entraînement, le champion d’Angleterre avec Leicester a remplacé Cabaye mais peu de doutes subsistent quant à la titularisation de l’ancien Lillois face à l’Ecosse samedi, à Metz.


Deschamps privilégie les automatismes

La saison 2015-2016 a révélé N’Golo Kanté à Leicester. Insatiable récupérateur de ballons, l’ancien joueur de Caen a certes évolué en position de relayeur mais tout comme Yohan Cabaye. Didier Deschamps aurait donc choisi d’aligner de nouveau le milieu de terrain de la Coupe du Monde 2014. Étonnant quand on compare les capacités de récupération des deux joueurs. Pour ce poste-là, cette capacité est censée être prédominante. L’ancien joueur du PSG a néanmoins fait une très bonne rentrée face au Cameroun lundi. Sa confiance actuelle pourrait également justifier la décision de Deschamps. Pendant l’Euro, Kanté pourrait alors rentrer en cours de match lorsque la France mène et que l’adversaire pousse en fin de match.