Equipe de France : Les chiffres en faveur d'une victoire des Bleus face à l'Espagne

Voir le site Euro 2016 de football

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-09-03T12:52:00.000Z, mis à jour 2014-09-03T13:01:12.000Z

Jeudi soir, l'Equipe de France défiera l'Espagne, dans le cadre d'un match amical. S'il est difficile de dégager un favori, certains chiffres plaident en faveur des Bleus. Opta les dévoile.

Alors que la Ligue 1 s'est fortement appauvrie cet été avec le départ de plusieurs joueurs importants, l'Equipe de France a regagné le soutien de l'opinion publique, après une Coupe du Monde rondement menée. Est-ce toutefois suffisant pour battre l'Espagne ?

Impériale au Stade de France
Sur ses quatre derniers matches au Stade de France, l'Equipe de France n'a jamais connu le goût amer de la défaite. Mieux encore, les Bleus ont gagné toutes ces rencontres, dans leur antre de Saint-Denis. La Finlande, l'Ukraine, les Pays-Bas et la Norvège sont tous tombés là où les tricolores ont gagné leur première étoile.

Une défense de fer
Emmenée par Laurent Koscielny, Raphaël Varane, Mamadou Sakho ou Eliaquim Mangala, la défense des Bleus est impériale. Hugo Lloris et autres gardiens des Bleus ont gardé leur cage inviolée à cinq reprises, lors de leurs six derniers matches amicaux. Les filets tricolores n'ont tremblé que face au Paraguay, le 1er juin (1-1). Grâce à ses derniers remparts, l'EDF n'a perdu aucun de ses six derniers matches amicaux : quatre victoires pour deux nuls. Il faut remonter au 9 juin 2013 pour voir les Bleus s'incliner en amical. C'était face au Brésil, 3-0.

Solide derrière, l'Equipe de France l'est également devant, contre l'Espagne. Les Bleus ont marqué lors de 13 de leurs 16 derniers matches joués à domicile face à la Roja.

L'Espagne vacille
Impériale et dominatrice pendant de longues années, l'Espagne a connu un large passage à vide en 2014. La Roja a en effet perdu trois de ses sept dernières rencontres, soit autant que lors de ses 43 derniers matches.

Si cela ne suffit pas aux Bleus, ils pourront compter sur leur porte-bonheur, Didier Deschamps, qui n'a jamais perdu face à l'Espagne en tout que joueur.