Dans l'actualité récente

Equipe de France : Quelle défense en 2018 ?

Voir le site Euro 2016 de football

Raphael Varane (équipe de France)
Par Jean-Baptiste NICOLLE|Ecrit pour TF1|2016-07-12T10:34:18.010Z, mis à jour 2016-07-12T13:41:30.831Z

Malgré les bonnes prestations de Koscielny et de Sagna ainsi que la révélation Umtiti, l’arrière-garde reste un chantier pour Deschamps qui pourra compter sur de nombreux retours.

Touchée par une cascade d’indisponibilités avant l’Euro (blessures de Varane, Mathieu, Zouma, Debuchy, Trémoulinas, affaire de dopage de Sakho), la défense était le secteur de jeu qui inquiétait le plus Didier Deschamps avant le début de l’Euro. Finalement, l’arrière-garde, en général, a plutôt donné satisfaction. Malgré son erreur de marquage en finale sur le but d’Eder, Laurent Koscielny s’est imposé comme un patron en défense centrale. A droite, Bacary Sagna a réalisé un bon Euro. Les performances de Patrice Evra, en revanche, ont été plus mitigées. Comme celles d’Adil Rami propulsé titulaire juste avant la compétition alors qu’il n’était pas dans les 23. Il a même perdu sa place au profit d’un surprenant Samuel Umtiti. Eliaquim Mangala, Lucas Digne et Christophe Jallet, eux, n’ont pas ou quasiment pas joué.

Vers le retour de la charnière Varane-Koscielny ?

Pour les matches de qualifications pour la Coupe du monde 2018, Didier Deschamps réintégrera à coup sûr Raphaël Varane qu’il tient en très haute estime. A moins qu’il ne parvienne pas à jouer régulièrement dans son club, le Madrilène devrait composer la charnière centrale lors des prochaines échéances avec Laurent Koscielny. Mais en cas de défaillance d’un de ces deux joueurs, le sélectionneur sait qu’il peut maintenant compter sur Samuel Umtiti. Blanchi par l’UEFA, Mamadou Sakho pourrait aussi rapidement de nouveau postuler. Eliaquim Mangala et Adil Rami, en revanche, ont plus de soucis à se faire, d’autant que Jérémy Mathieu ou Kurt Zouma partent avec une longueur d’avance sur eux pour les postes de doublure.

Djibril Sidibé comme solution d’avenir à droite

Sur les côtés, Deschamps devrait à court terme continuer de faire confiance à Sagna et à Evra. Mais à 33 ans et à 35 ans, les deux latéraux pourraient rapidement être rattrapés par leur âge, surtout si progressivement ils perdent leur place en club. Au poste d’arrière droit, Jallet pourra peut-être encore profiter de la faible concurrence. Seulement, à bientôt 33 ans, le Lyonnais ne représente pas non plus l’avenir. Mathieu Debuchy pourrait reprendre cette place à la seule condition qu’il rejoue à Arsenal ou qu’il trouve un point de chute qui le mette en valeur. En 2018, il serait sans doute plus judicieux de tabler sur une valeur montante comme Djibril Sidibé déjà appelée en mai parmi les réservistes et transférée depuis à Monaco. Le Lillois Sébastien Corchia pourrait aussi constituer une solution.

Embouteillage derrière Evra

Sur la gauche, Evra continuera de subir la concurrence de Lucas Digne. Le Parisien devra toutefois certainement quitter la capitale pour trouver du temps de jeu et continuer à progresser. L’un de ses concurrents à Paris, Layvin Kurzawa, a le talent pour s’imposer en Bleu. Mais son avenir sera lié à ses performances en club et aussi à son comportement pas toujours irréprochable. Performant avec le FC Séville depuis deux saisons, Benoît Trémoulinas peut nourrir de légitimes espoirs d’être présent en 2018. D’autant plus que Didier Deschamps l’avait sélectionné à plusieurs reprises avant qu’il ne se blesse.

Faîtes votre onze-type de l'Euro 2016 et partagez-le en cliquant ici 

en savoir plus : Equipe de France de Football