Dans l'actualité récente

Equipe de France : Deschamps, pas là pour faire de la figuration

Voir le site Euro 2016 de football

Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France
Par Justine SOIGNON|Ecrit pour TF1|2016-06-04T10:11:46.635Z, mis à jour 2016-06-04T10:14:20.858Z

Avant le match amical ce samedi à Metz face à l’Ecosse, Didier Deschamps a tenu une conférence de presse. Souriant et détendu, le sélectionneur des Bleus a répondu aux questions.

En 1998, lors de la dernière grande compétition internationale organisée en France, Didier Deschamps était déjà là. Pas sur le banc mais sur le terrain. On se souvient de ce que ça a donné. A l’époque, les Bleus avaient été portés par les Français. Est-il excité à l’idée de remettre ça ? « Oui, heureusement. Un championnat d’Europe en France, c’est excitant, exaltant et magnifique. Cela ne va pas être simple mais je considère ça comme un privilège. » 

Les joueurs, eux, comptent sur leur public pour les soutenir durant la compétition.


Des similitudes avec 98 ?

Etre le pays hôte, c’est toujours une pression supplémentaire. Mais pour l’ancien international, c’est également une chance : « La similitude avec 98, c’est qu’on est le pays organisateur, il y a une attente très importante mais très peu de pays organisateurs ont gagné la compétition. Ce doit être un plus pour nous, pas quelque chose qui doit nous freiner ou nous rendre fébrile. Ça doit être un petit plus qui permette aux joueurs de se sublimer et d’aller au bout d’eux-mêmes. »

Une défense centrale limitée ?

Pointée du doigt, la défense centrale est au cœur des débats. Si le sélectionneur ne charge pas sa charnière centrale, il reconnaît néanmoins qu’il va falloir progresser : « La défense centrale point faible au dernier match ? J’entends ça depuis que je suis là. On prend des buts, ce n’est pas que la défense centrale. On va devoir être plus performant défensivement parce que le haut-niveau a besoin de ça. J’en ai conscience, je vais tout faire avec les joueurs pour améliorer ce qui ne va pas. »

Un 11 qui se dégage

Face aux blessures et aux nombreuses possibilités en attaque, Deschamps a dû modifier son équipe type. Les titulaires de samedi face à l’Ecosse seront-ils les titulaires du premier match de l’Euro ? « L’équipe qui va débuter ne sera pas forcément celle qui débutera contre la Roumanie. Oui, je l’ai dans ma tête l’équipe qui sera sur le terrain le 10 juin. J’ai une idée bien précise mais ça peut évoluer. Je suis désolé, ce n’est pas terrible comme réponse », a répondu le sélectionneur en riant.

Une chose est sûre, Griezmann devrait jouer samedi. Et comme tous les autres, il devra se montrer concerné comme tous ses coéquipiers : « On n’est pas là pour faire de la figuration, on commence une compétition. Je veux que les joueurs aient beaucoup de confiance et d’ambition. »