Dans l'actualité récente

Equipe de France : Rami et Koscielny, Acte II

Voir le site Euro 2016 de football

FraCam - Marseillaise
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2016-06-03T11:00:18.983Z, mis à jour 2016-06-03T11:04:33.604Z

Pour le dernier match de préparation des Bleus contre l'Ecosse samedi à Metz, Didier Deschamps va probablement confirmer le duo Rami-Koscielny. L’occasion pour eux de fournir une meilleure prestation.

Convoqué de dernière minute, Adil Rami va devoir s’adapter très rapidement à la défense des Bleus. En difficulté contre le Cameroun, il devrait être associé à nouveau à Laurent Koscielny contre l'Ecosse samedi. Il s’agit de leur dernière chance de travailler leurs automatismes.

Revoyez le but du Cameroun contre l'Equipe de France :



90 minutes pour être prêt

Pour le dernier match de préparation des Bleus, beaucoup de regards vont être tournés vers la défense. Les différents forfaits ont obligé Didier Deschamps à recomposer à de nombreuses reprises son arrière-garde. Et pour la première fois depuis longtemps, la même charnière centrale sera reconduite deux fois de suite. Enfin une bonne nouvelle pour un secteur défensif qui en manque cruellement. 

Au-delà des forfaits, c’est le nombre de buts encaissés par les Bleus qui inquiète. Six en trois matches amicaux. Cette fois, Rami et Koscielny auront travaillé plus longuement leur association, et on peut s’attendre à un match plus solide et moins approximatif contre l'Ecosse. Surtout qu’à une semaine du début de l’Euro, ils ne possèdent plus que 90 minutes pour être opérationnels.

Le seul et unique choix en charnière centrale ?

Car Deschamps n’a pas vraiment d’autres solutions. Il a clairement exprimé son opposition à l’association de deux gauchers dans l’axe. Et comme Rami est son seul défenseur central droitier, il serait étonnant qu’il ne compose pas une partie de la charnière centrale. Auteur d’une très belle saison avec le FC Séville qui l’a mené à remporter la Ligue Europa, on attend de lui la même rigueur défensive en Bleu. 

Si certes sa complémentarité avec Laurent Koscielny a montré quelques signes d’inquiétudes, on sait que le sélectionneur a travaillé leur association durant les derniers entraînements. Et contre l’Ecosse, on verra les fruits de cette préparation qui, cette fois, a été plus aboutie que précédemment. On s’attend donc tous à ce que le deuxième acte du tamdem « Rami-Koscielny » soit plus convaincant que le premier volet.