Dans l'actualité récente

Equipe de France : Varane supporter n°1 des Bleus face à la Suisse ?

Voir le site Euro 2016 de football

Raphael Varane (équipe de France)
Par Jonathan MURCIANO|Ecrit pour TF1|2016-06-08T12:31:57.839Z, mis à jour 2016-06-08T13:32:53.338Z

Contraint de déclarer forfait pour l’Euro en raison d’une blessure à la cuisse, Raphaël Varane devrait tout de même venir encourager les Bleus lors de leur troisième match de poule face à la Suisse

« Je suis très malheureux et déçu de ne pas participer à l'Euro 2016 et resterai quoiqu'il arrive premier supporter des bleus ! Allez la France. » Ce sont les mots de Raphaël Varane quand il a officialisé le cœur meurtri <strong>son forfait pour l’Euro 2016</strong>. Le défenseur central du Real Madrid, qui n’a pas pu participer à la finale de la Ligue des champions, remportée par son club, devrait joindre les paroles aux actes lors de la phase de poules.

Euro 2016 : Raphaël Varane, le grand bleu


Des vacances familiales dans le Nord

Raphaël Varane encouragera son remplaçant dans la liste des 23, Adil Rami, et ses coéquipiers à l’occasion de la dernière journée du groupe A lors du choc entre la France et la Suisse selon une indiscrétion de L'Equipe. La rencontre aura lieu le 19 juin du côté du Stade Pierre-Mauroy de Lille, la région où le Madrilène de 23 ans passera quelques jours de vacances dans sa famille, originaire du Nord. Celui qui n’a pas pu participer à une seule journée de la préparation des Bleus ira sans doute saluer ses partenaires en sélection, qui pourraient être déjà qualifiés pour  les huitièmes de finale de l’Euro à ce moment-là.


Il soigne sa cuisse à Madrid

Ses coéquipiers du Real Madrid sont partis en vacances ou en sélection après leur triomphe en finale de la C1. De son côté, Varane est resté dans la capitale espagnole pour continuer à soigner sa blessure. Les médecins de son club avaient diagnostiqué une lésion de grade 2 au biceps fémoral de la jambe gauche et au minimum trois semaines d’arrêt. Le staff médical de l’équipe de France avait estimé qu’il n’aurait pas pu être prêt avant au minimum ce troisième match de poule face à la Suisse. Didier Deschamps a surtout voulu ne prendre aucun risque et ne pas répéter un scénario à la Zinédine Zidane, touché lui aussi à la cuisse à l’époque, avant le Mondial 2002.