Dans l'actualité récente

Euro 2016 : Les gardiens les moins inspirés de la compétition

Voir le site Euro 2016 de football

EURO 2016 - Portugal / Islande
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2016-06-29T15:41:37.896Z, mis à jour 2016-06-29T15:41:39.532Z

Certaines équipes présentes en huitième de finale n’ont pas pu compter sur leurs derniers remparts pour livrer de belles performances. Voici une présentation des portiers les moins décisifs de l’Euro.

Pour aller loin dans une compétition, il faut pouvoir compter sur une défense solide et un gardien talentueux. Voilà ce qui à fait défaut (entre autres) à certaines sélections dont les portiers n’ont pas réalisés assez d’arrêts. Si certaines équipes continuent malgré tout leur route, pour d’autres, cet handicap a été insurmontable.


1 Joe Hart (Angleterre) 

Il serait injuste de lui mettre l’élimination de l’Angleterre sur le dos. Mais sa afute de main sur le second but islandais illustre bien quelques lacunes du gardien de Manchester City. Capable de belles prouesses, il a parfois des moments d’égarement qui peuvent être fatals. 

En quatre matches lors de l’Euro, il a concédé 4 buts. En moyenne l’Angleterre reçoit sur son but 6,5 frappes par matches. Et Joe Hart n’en a capté que 0,5 en moyenne.



2 Rui Patricio (Portugal)

Un but contre l’Islande et trois contre la Hongrie. L’Euro du gardien protugais n’a pas été de tout repos. Malgré tout il a conservé sa cage inviolée à deux reprises contre l’Autriche et face à la Croatie. Qui plus est lors du troisième match de poule, deux des trois réalisations hongroises sont des frappes déviées. 

Pourtant, en regardant les statistiques, on se rend compte de la fébrilité de la défense portugaise et de son gardien. En moyenne, les équipes adverses tirent 8,5 fois sur le but de Rui Patricio, et ce dernier n’en capte qu’un seul. Des chiffres à améliorer en vue du quart de finale contre la Pologne.



3 David De Gea (Espagne)

Il a été impressionnant en huitième de finale contre l'Italie, empêchant sans doute un score plus lourd que le 2-0 qui a conclu le match. C'est justement le grand nombre de tirs concédés qui lui fait défaut. Au final l'Espagne a encaissé 4 buts lors de la compétition. Deux défaites contre la Croatie et contre l'Italie donc. 

Mais surtout, la Roja reçu 9,5 frappes par matches depuis le début de la compétition ! Et sur les tentatives adverses, De Gea n'en a bloqué en moyenne que 1,8. Cela s'explique bien sûr par les tirs non cadrés et les frappes contrées. Pourtant au final, le fait qu'il ait été peu décisif a joué dans l'élimination de son équipe.