Dans l'actualité récente

Euro 2016 : Pour Hollande, la menace terroriste « existe »

Voir le site Euro 2016 de football

Les vidéos infos - Une grève des transports serait incompréhensible pendant l'Euro, estime Hollande
Par Christopher LE CAER|Ecrit pour TF1|2016-06-06T08:59:21.450Z, mis à jour 2016-06-06T09:15:26.966Z

A cinq jours du coup d’envoi de la compétition, François Hollande a admis dimanche que la menace d’attentats pendant l’Euro 2016 en France « existe ».

La menace « existe », mais il ne faut « jamais se laisser impressionner », a déclaré dimanche le président François Hollande sur <em>France Inter</em>, avant de se rendre dans la soirée à Clairefontaine pour y rencontrer l’équipe de France.

Les Bleus vous donnent rendez-vous à l'Euro :


A quelques jours de l’événement, la sécurité est à son maximal en France. « Cette menace, elle vaut, hélas, pour un temps qui sera long, a ajouté le chef de l’Etat. Il faut que l’on prenne toutes les garanties pour que cet Euro 2016 soit réussi ». La France, qui est en état d’urgence depuis les attentats du 13 novembre à Paris « a mis les moyens pour réussir » la sécurité de la compétition, a-t-il assuré. 42 000 policiers, 30 000 gendarmes, 5 200 personnes de la sécurité civile et 10 000 militaires seront mobilisés. A tous ces uniformes s’ajouteront 12 000 agents de sécurité privée, dont 3000 sur les dix fan-zones de l’Hexagone qui doivent accueillir sept millions de supporters entre le 10 juin et le 10 juillet.

Outre les moyens humains, le ministère de l’Intérieur a mis la main au portefeuille, à hauteur  de 2 millions d’euros, pour mettre en place un important dispositif de vidéoprotection afin de filmer les allées et venues des supporters.

Un appel à l’arrêt des grèves

Par ailleurs, François Hollande a fait un appel implicite à l’arrêt des grèves. « Personne ne comprendrait que les trains ou les avions (…) puissent empêcher le bon déroulement, non pas de la compétition – elle n’a rien à craindre – mais le bon déroulement du déplacement des spectateurs. Je souhaite que (le conflit social) soit réglé ».