Euro 2016 : l'Italie peut-elle croire au titre ?

Voir le site Euro 2016 de football

error
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-12-06T16:30:33.016Z, mis à jour 2015-12-06T16:54:47.460Z

Finaliste du dernier championnat d'Europe, la Squadra Azzurra a-t-elle les moyens de remporter un trophée qui lui échappe depuis 1968 ? Eléments de réponse.

Eliminée dès le premier tour de la Coupe du monde 2014, l'Italie a entamé une énième reconstruction avec le départ de Cesare Prandelli et l'arrivée d'Antonio Conte. Vice-championne d'Europe en titre, la Nazionale a un statut à assumer lors du prochain Euro en France. Mais a-t-elle vraiment les moyens de remporter le titre, 48 ans après son premier sacre ? Téléfoot.fr fait le point pour vous.


Des éliminatoires prometteurs sur le papier

Avec sept victoires et trois matches nuls lors des éliminatoires de l'Euro 2016, la Squadra Azzurra fait partie des équipes qui affichent un bon bilan sur le plan comptable. Dans un groupe assez relevé avec la Croatie et la Norvège qui ne sont pas des équipes faciles à négocier, les coéquipiers de Gianluigi Buffon sont parvenus à rester invaincus pour terminer à la première place de leur poule, inscrivant notamment 16 buts pour sept encaissés. Mais dans le football, comme dans bien d'autres disciplines sportives, les chiffres ne font pas tout.


Quel rôle pour Pirlo et De Rossi ?

L'Italie sans Andrea Pirlo, il va falloir s'y préparer. A 36 ans, l'architecte italien, qui évolue aujourd'hui au New York City FC, n'a rien perdu de sa technique mais accuse sérieusement le coup sur le plan physique. Sa mise au repos forcé jusqu'en mars prochain, le calendrier de la MLS étant fait ainsi, pourrait être un problème pour la sélection de Conté qui pourrait également laisser Daniele De Rossi (AS Rome) en dehors de son onze de départ. Roberto Soriano (Sampdoria) et Andrea Bertolacci (Milan AC) tiennent plus que jamais la corde derrière les indiscutables Claudio Marchisio (Juventus Turin) et Marco Verratti (Paris Saint-Germain), enfin à la hauteur sous le maillot de la Nazionale.

Interview exclusive de Marco Verratti (Téléfoot - octobre 2015)


Un problème en attaque

Un 4-4-2 aux allures de 4-2-4. Tel est le schéma souhaité par Conte pour faire de l'Italie une équipe redoutable, notamment sur les côtés où Antonio Candreva (Lazio Rome) et Alessandro Florenzi (AS Rome) ont un rôle important à jouer. Problème : l'animation offensive de la Squadra Azzurra n'a jamais vraiment convaincu lors de la campagne qualificative à l'Euro et seuls Graziano Pellé (Southampton) et Eder (Sampdoria) ont véritablement trouvé grâce aux yeux de l'ex-coach de la Juventus Turin. Ce dernier n'a pas apprécié les attitudes de Lorenzo Insigne (Naples) et Domenico Berardi (Sassuolo), pas vraiment motivés de venir jouer les derniers matches des éliminatoires à la rentrée à cause de pépins physiques.


Il faudra pourtant faire des concessions des deux côtés pour espérer briller après l'échec du Mondial 2014, d'autant que la Nazionale n'est pas tête de série et sera obligatoirement avec une autre grosse écurie dès le premier tour du tournoi.