Dans l'actualité récente

Euro : Quel parcours pour le tenant du titre ?

Voir le site Euro 2016 de football

Sergio Ramos, défenseur de l'Espagne
Par Quentin LECOINTE|Ecrit pour TF1|2016-06-07T09:09:22.378Z, mis à jour 2016-06-07T09:10:07.300Z

Quel résultat pour le tenant du titre d'un Euro lors de l'édition suivante ? Focus sur le parcours d'anciens vainqueurs.


Gagner l’Euro ne garantit pas forcément de briller quatre ans plus tard. Seules quelques nations sont parvenues à se maintenir au plus haut-niveau lors de deux éditions consécutives.


L’Espagne, un cas unique


Dans l’histoire des Championnats d’Europe, seul l’Espagne a réussi à conserver son titre. Vainqueur en 2008 face à l’Allemagne, la Roja parvient à faire le doublé en s’adjugeant l’édition 2012 en disposant facilement de l’Italie en finale (4-0), pour ce qui reste l’écart le plus large enregistré lors d’une finale d’un Euro.


L’Allemagne en habituée


Deux autres nations sont parvenues à atteindre deux finales consécutives. L’Allemagne de l’Ouest, d’abord, qui après avoir remporté le titre en 1972 aux dépens de l’URSS (3-0), se retrouve à nouveau en finale quatre ans plus tard face à la Tchécoslovaquie. Elle s’incline cette fois-ci lors de la séance de tirs au but. L’Allemagne est également parvenue à atteindre deux finales de rang. En 1992, l’Allemagne s’incline face aux surprenants danois (0-2) avant de joueur une nouvelle finale quatre ans plus tard, cette fois-ci remportée, contre la République tchèque (2-1 après prolongations). En 2000, la Mannschaft ne réussira pas l’exploit d’atteindre une troisième finale consécutive. Ils échoueront dès la phase de poules avec un seul petit point glané.


La France sans continuité


Concernant l’équipe de France, après leur titre acquis à domicile face à l’Espagne en 1984 (2-0), les Bleus échouent lors des éliminatoires de l’édition 1988 sans parvenir donc à défendre leur titre. Suite à son titre de 2000 contre l’Italie (2-1, but en or), la France échoue, quatre ans plus tard, en quarts de finale face à la Grèce (0-1), futur vainqueur de l’épreuve. A noter que les coéquipiers de Nikopolodis ne feront même pas illusion au moment de défendre leur titre en 2008. Ils termineront la compétition avec zéro point au compteur et un seul petit but inscrit…