Dans l'actualité récente

Equipe de France / Mandanda : « Dans l'obligation d'aller au bout »

Voir le site Euro 2016 de football

Archives Mandanda
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-06-08T13:15:08.909Z, mis à jour 2016-06-08T15:36:22.369Z

A 31 ans, Steve Mandanda est l'un des cadres de l'équipe de France malgré son statut de doublure du capitaine Hugo Lloris. Le Marseillais est revenu mercredi sur les ambitions des Bleus.

Le Championnat d’Europe 2016 sera le troisième de Mandanda, après 2008 et 2012 (il a aussi disputé le Mondial 2010). Et, comme il y a huit et quatre ans, le gardien n’est pas parti pour mettre ses gants ni chausser ses crampons.

« Rendre une très belle copie » 

J-2 avant le grand soir. Steve Mandanda, réquisitionné par la presse ce mercredi, a traduit le sentiment qui anime le groupe France depuis le début du stage à Biarritz, gonflé à bloc par les deux matches de préparation. «On est dans l'obligation de faire une belle compétition et d'aller au bout. En tout cas, c'est l'ambition qui nous anime. On nous place parmi les favoris, on assume! L'objectif est clair. A domicile, on veut rendre une très belle copie. » Qui ne se traduira que par une victoire finale dans la compétition.

« Etre ici, c'est un honneur » 

Au sortir d'une saison qui l'a vu briller individuellement, la question de son enthousiasme à rejoindre un groupe où il n'est voué qu'à jouer les utilités  se pose forcément. Il dit avoir évolué sur le sujet. «Je me prends moins la tête avec ça, même si je préférerais jouer, résume-t-il. Comme tout compétiteur. Mais je privilégie plus le collectif que ma personne désormais.» N’allez cependant pas entendre ce que Mandanda ne dit pas : il a toujours faim. Mais différemment. «C’est le gros problème de cette situation : il faut être prêt à jouer et à ne pas jouer. Après, quand on dispute des compétitions de haut niveau, la lassitude n’arrive pas. On ne peut pas être lassé d’être en équipe de France. Etre ici, c’est un honneur. Je vis au quotidien avec de grands joueurs. »

« Je ne dois pas trop en faire ni prendre trop de place » 

Alors au quotidien, comment vit-il cette situation que lui seul subi depuis maintenant près de 8 ans chez les Bleus. « Aujourd’hui, ma seule manière d’aider cette équipe, c’est durant les entraînements et en dehors du terrain, reconnaît-il. Je pense faire partie des éléments importants de ce groupe, mon avis compte et je pense être écouté. Je suis un modérateur, un conseiller, je pousse des coups de gueule, tout en restant à ma place car je suis numéro 2. D'autant plus qu'Hugo est capitaine. Je ne dois pas trop en faire ni prendre trop de place.»