Dans l'actualité récente

Equipe de France : Les Bleus font mentir les stats

Voir le site Euro 2016 de football

Rétro 1998 : la France entre à son tour dans l'histoire
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-06-07T14:11:49.446Z, mis à jour 2016-06-07T14:42:05.609Z

Sur les 18 dernières compétitions internationales, seule la France, à deux reprises, s'est imposée à domicile. Pour le reste, c'est souvent un naufrage.

Alors que la France organise sa troisième compétition internationale sur son territoire, il est frappant de remarquer les pays-hôtes sont rarement à la noce.

Euro 2016 : Un programme exceptionnel sur TF1


Des Bleus bienheureux

C'est une statistique  qui n'a échappé à personne et surtout pas aux joueurs de l'équipe de France et à son sélectionneur Didier Deschamps. A chaque fois que la France a été désigné pays organisateur (euro 1984, Coupe du monde 1998), elle a su en tirer grassement profit en enlevant ces deux compétitions. Ce que le groupe bleu sait peut-être moins, c'est que ces deux millésimes font figure d'exceptions.

Sortir des poules, pas si simple non plus

Encore plus frappant : depuis 2004 et l'Euro organisé au Portugal, aucune sélection officiant devant son public n'a su s'extraire de la phase de poule. Ils s'y sont pourtant mis à quatre : l'Autriche et la Suisse en 2008, l'Ukraine et la Russie en 2012. Plus généralement, depuis l'Argentine en 1978, organiser une compétition internationale est devenu un gage de non-réussite

L'Allemagne et le Brésil, exemples frappants

On peut relever par exemple que l'Allemagne, pourtant quatre fois championne du monde, est en mesure de s'imposer partout sauf chez elle (battue par l'Italie en Coupe du monde 2006) ou par les Pays-Bas en 1988 (Championnat d'Europe). Le parallèle est le même pour le Brésil (vainqueur aux USA en 1994, en Corée du Sud et Japon en 2002) mais se prend magistralement les pieds dans le tapis chez elle en 2004 (défaite 7-1 en demi-finale face aux Allemands). A Deschamps et ses hommes d'aller à l'encontre de cette malédiction. Encore une fois.