Dans l'actualité récente

Equipe de France : Le forfait de Diarra, une bonne nouvelle ?

Voir le site Euro 2016 de football

RTS7EZU
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-06-01T12:57:04.608Z, mis à jour 2016-06-01T14:14:20.758Z

Bien que présenté comme l'un des maillons forts de la sélection, plusieurs choses laissent penser que le forfait de Lassana Diarra est une bonne nouvelle pour les Bleus. Même s'il faut un peu se forcer pour y croire.

Après avoir enthousiasmé le monde de la Ligue 1 en entame de saison, le joueur olympien olympien a vu son image se ternir ces dernières semaines.

Angleterre - France : L'entrée en jeu de Lassana Diarra sous l'ovation de Wembley


Diarra incontournable

Il a époustouflé tout son monde en entame de saison et s'est imposé comme le joueur majeur de l'Olympique de Marseille. Un retour au premier plan après un an loin des terrains (suite à un conflit avec son ancien club le Lokomotiv Moscou) qui avait convaincu Didier Deschamps, le sélectionneur national, de le reprendre en Bleu dès octobre 2015. Dès lors plus rien ne semblait pouvoir arrêter le Havrais de formation. Mais ça, c'était en 2015.

Une année 2016 en dents de scie

En 2016,  Lassana Diarra n'aura joué que 16 matches toutes compétitions confondues, laissant une image de plus en plus contrastée.  La vraie rupture dans son niveau de jeu est apparue mi-février à une époque où l'OM sombrait de partout et l'ancien joueur du Real Madrid, moins percutant, n'échappait pas vraiment au naufrage. Début avril, le milieu de terrain mettait même les pouces une première fois pour des douleurs au genou. En soins, aussi par précaution en vue de l'Euro pensait-on, il ne faisait sa réapparition sur les pelouses de Ligue 1 que lors des deux dernières journées de Ligue 1 et pour la finale de la Coupe de France face au PSG (2-1).

Une image qui se brouille

Ces dernières semaines, ses déclarations sur ses coéquipiers à l'issue de la finale de la Coupe de France et ses confessions sur Vincent Labrune, diversement appréciées dans l'entourage olympien, ont contribué à assombrir son image. Celle-ci s'écorne encore davantage en écopant le 28 mai dernier, d'une condamnation du TAS qui lui réclame une amende de 10 millions d'euros. Si à cela, on ajoute sa première période face au Cameroun, ce lundi, plus que décevante, les raisons qui poussent à penser qu'il vaut mieux faire sans plutôt qu'avec lui s'accumulent. Surtout quand il n'est pas à 100% de ses moyens physiques.