Dans l'actualité récente

France - Roumanie : La défense se cherche encore

Voir le site Euro 2016 de football

Sagna et Rami
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-06-11T11:07:22.940Z, mis à jour 2016-06-11T11:14:08.920Z

Les Bleus n'ont pas été impériaux en défense face à la Roumanie. Ces failles pourraient devenir très problématiques.

La victoire arrachée par les Bleus face à la Roumanie vendredi 10 juin en ouverture de l'Euro (2-1) ne suffit pas à cacher certaines inquiétudes. L'arrière-garde, notamment, n'a pas rassuré.

Une communication à travailler

La première alerte est survenue à la 4ème minute, après un corner concédé par Adil Rami, qui n'avait pas bien communiqué avec son compère Laurent Koscielny. Complétement oublié par les Français, Bogdan Stancu a hérité du ballon au second poteau. Seul face à la cage, le Roumain a été mis en échec par Hugo Lloris, auteur d'une parade miracle.

La Roumanie n'a pas eu beaucoup d'occasions (à part celle de la 4ème et le penalty, il n'y en a eu qu'une seule autre concédée en début de seconde période) et la défense bleue n'a pas été très remuée. Mais un certain manque de communication et de cohésion est apparu au sein d'une défense durement touchée ces dernières semaines et plusieurs fois remaniée. Koscielny, habitué à former la charnière centrale avec Varane, et Rami, qui n'avait plus joué en Bleu depuis juin 2013 avant d'être rappelé en urgence, ont beaucoup travaillé leurs automatismes durant la préparation avant l'Euro. Il y a du mieux - le match amical contre le Cameroun avait davantage inquiété - mais le rendu peut être encore amélioré.

Evra veut se ressaisir

Le but d'Olivier Giroud avait mis les Bleus sur orbite, mais une faute évitable de Patrice Evra a permis à la Roumanie de se remettre en selle. L'expérimenté défenseur latéral gauche a tendu la jambe et accroché Nicolae Stanciu dans la surface et Bogdan Stancu a transformé le penalty pour porter le score à 1-1.

Souvent malmené en première période aussi, le Turinois a reconnu à l'issue de la rencontre que ces 90 minutes n'ont pas été faciles pour lui. « J’avais l’impression qu’ils étaient 12 sur le terrain même si ça été mieux en deuxième période », a-t-il confié à L'Equipe. Mais Patrice Evra compte bien faire en sorte que pareille performance ne se répète pas contre l'Albanie et la Suisse : « On ne veut pas souffrir comme ça à chaque fois »

en savoir plus : Equipe de France de Football, Euro 2016 : France - Roumanie