Dans l'actualité récente

Equipe de France : Sissoko marque encore des points

Voir le site Euro 2016 de football

Moussa Sissoko
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-07-04T09:15:49.941Z, mis à jour 2016-07-04T10:47:58.018Z

A nouveau titularisé par Deschamps, Sissoko a livré une prestation pleine face à l'Islande. La question de sa présence face à l'Allemagne ne se pose peut-être plus dans l'esprit du sélectionneur.

S'il ne s'est pas montré décisif ce dimanche, le joueur de Newcastle a constamment donné de l'air au jeu des Bleus.  

Toujours disponible, toujours percutant

Deux semaines après avoir épaté la galerie contre la Suisse (0-0), à Lille, Moussa Sissoko a encore répondu présent ce dimanche soir face à l'Islande. Préféré à Kingsley Coman pour sa faculté à bloquer le couloir gauche islandais, pour l'équilibre qu'il apporte, pour son abattage et sa faculté à contre-attaquer, il n'a pas fait regretter son choix à Didier Deschamps. Difficile de lui reprocher quoi que ce soit, dans son match ; le milieu de Newcastle, s'il a connu plus de déchets que face à l'Eire, a presque tout bien fait. 


Présent devant et derrière

Son jeu de passes, sa faculté à se libérer du marquage le long de la ligne de touche, comme ses courses, lui ont permis d'apporter son écho dans les phases offensives. C'est ce qu'on lui demandait. Et défensivement, l'équilibre fut trouvé assez naturellement avec Pogba et Matuidi. Et ça fait trois mi-temps que ça dure. Ses temps forts de la rencontre ? Un joli centre fouetté du pied droit, en pleine course, sur lequel Halldorsson se coucha (7e). Un nouveau ballon récupéré dans les pieds de Bjarnason pour offrir une occasion franche à Payet (27e). Une offrande à Coman à la 83e avant d'en recevoir une de Griezmann à la 86e, qu'il vendengera.

« Sissoko oblige l'adversaire à reculer» 

Une prestation remarqué donc, encore une, qui n'a pas laissé insensible un ancien du milieu, Ali Benarbia : « J’étais content que Sissoko joue sur le côté droit pour rassurer les deux axes. Moi je ne supporte pas les joueurs qui contrôlent le ballon et qui reviennent en arrière avec des passes en retrait à deux mètres en se disant « on a bien joué, on est content. » Je préfère quand un joueur pénètre et oblige l’adversaire à reculer. C’est ce qu’a fait Sissoko en obligeant les Islandais à reculer et à reculer encore. Avancer, même de 5-6 mètres, c’est suffisant pour remettre tout le monde vers l’avant.  J’ai aimé Sissoko parce qu’il essaie tout le temps de temps de percuter. Tout le monde dit qu’il n’est pas bon techniquement. Pour les gens, la technique, c’est Payet, Griezmann, mais ce n’est pas que ça ! » 

en savoir plus : Equipe de France de Football