Angleterre / Hodgson : « Je me sens fragile, triste et désolé »

Voir le site Euro 2016 de football

roy hodgson press england portugal
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-06-28T20:31:13.944Z, mis à jour 2016-06-29T09:53:57.987Z

Passé en conférence de presse malgré sa démission de son poste de sélectionneur de l'équipe d'Angleterre, Roy Hodgson a effectué un point presse complètement lunaire aux côtés du président de la FA.

Lunaire, c’est le mot. Officiellement plus à la tête de la sélection anglaise, Roy Hodgson, qui a annoncé son départ lundi soir en conférence de presse d’après-match après la défaite de l’Angleterre face à l’islande (1-2) lors des huitièmes de finale de l'Euro 2016, est quand même venu lors du point presse prévu par la FA, mardi, au lendemain du jour de match de la sélection anglaise. Et le technicien britannique a paru au fur et à mesure de son intervention complètement perdu et sonné par l'élimination de son équipe.


« Je ne sais trop ce que je fais là », a expliqué d’entrée de conférence de presse l’ancien entraîneur de Fulham et Liverpool. « Je suppose que quelqu’un devait venir et prendre les flèches qui accompagnent la défaite. » Questionné à propos de sa présence, l’ancien sélectionneur de l’Angleterre, venu aux côtés de Martin Glenn le président de la FA, a démenti avoir été forcé à se présenter devant  les médias. « On ne m’a pas forcé à venir. Je voulais m’assurer que personne dans cette salle ne puisse dire que j’avais eu peur de venir vous faire face. »

Hodgson : « On n'a absolument rien vu venir »

Hodgson a ensuite ajouté. « Je ne pense pas avoir quelque chose de nouveau à dire par rapport à hier soir. Vous avez déjà tout écrit à ce sujet. Je suis venu parce que je n’ai jamais esquivé une conférence de presse. Je n’ai jamais manqué à mes obligations. J’ai répondu aux questions depuis et pendant quatre années. »

Questionné à nouveau sur le « fiasco » sportif de son équipe lors de cet Euro 2016, après la déroute subie face à l’Islande, le technicien britannique a paru désolé. Et surtout perdu. Il en a tous cas démenti avoir perdu la confiance de ses cadres. « Si cela était vrai, ils l’ont très bien caché du reste des joueurs et de l’encadrement technique. »

Hodgson a ensuite pris à nouveau toute la responsabilité de la défaite face à l’Islande. « On n’a pas bien joué hier soir et j’en prends encore toute la responsabilité. On a montré de très bonnes choses dans le jeu lors de nos trois premières rencontres, des choses qui ont donné de la confiance au groupe. Mais face à l’Islande on n’a pas été capables de reproduire ces choses », a ajouté Hodgson. « Je suis très déçu, on n'a absolument rien vu venir. Rien ne laissait penser qu’on jouerait aussi mal. J’ai passé une mauvaise nuit. Je me sens fragile, triste et désolé de ce qu’il s’est passé. »

Martin Glenn : « L’Islande ne sera pas l’épitaphe de Roy »

Qui sera le remplaçant de Roy Hodgson à la tête de la Three Lions ? Martin Glenn, le président de la FA, a précisé qu’un remplaçant serait nommé pour le début des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, le 4 septembre prochain face à la Slovaquie. Le boss du football anglais, nommé en mars 2015, a en tous cas laissé entendre qu’un manager étranger pourrait prendre en main la sélection et qu’un sélectionneur provisoire pourrait débuter la campagne de qualification pour la Russie.

« On veut remercier Roy du côté de la FA. Il a passé quatre années à construire une équipe et on lui doit de la gratitude, a souligné le patron de la FA. C’est important pour nous de se remémorer son exceptionnelle intégrité. C’est la marque d’un homme et on lui doit le plus grand respect pour cela. L’Islande ne sera pas son épitaphe. »

Questionné sur la formation des joueurs anglais, Glenn s'est refusé à toute remise en cause du système mis en place depuis une décennie. « Quand on revient dix années en arrière, Arsène Wenger disait par exemple qu’il ne voyait aucune qualité technique chez les joueurs âgés de 10 ans. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. On a pris soin de cette équipe. Ce qu’il faut faire maintenant c’est de rendre les joueurs capables de résister à la pression des rencontres à grands enjeux. C’est le grand chantier qui nous attend.»


en savoir plus : Equipe d'Angleterre de Football, Equipe d'Islande de Football, Euro 2016 : Angleterre - Islande 2016