Dans l'actualité récente

Hongrie : Gabor Kiraly, gardien atypique

Voir le site Euro 2016 de football

error
Par Teddy VADEEVALOO|Ecrit pour TF1|2016-06-04T13:11:03.394Z, mis à jour 2016-06-24T12:40:11.057Z

Pour tenter d’exister à l’Euro, la Hongrie pourra compter sur son gardien de but. A 40 ans, Gabor Kiraly sera un des atouts majeurs de sa sélection.

Mieux vaut tard que jamais. Gabor Kiraly a attendu la quarantaine pour disputer sa toute première (et sans doute sa dernière) compétition internationale. Une belle occasion de montrer son talent à toute l’Europe.

Euro 2016, un programme exceptionnel sur TF1 :

En sélection depuis 1998

Après des débuts dans un club local (Haladas), il part en Bundesliga rejoindre le Hertha Berlin en 1997. Il ne tarde pas à s’imposer et rejoint la sélection hongroise l’année d’après. Pour ses débuts face à l’Autriche, il détourne même un penalty. Et devient indéboulonnable. Même s’il est écarté durant trois ans, après l’échec de son pays en qualifications pour l’Euro 2008. De retour comme doublure, il finit par reprendre sa place de titulaire. Pour ne plus la quitter.

Un style inimitable

Passé par plusieurs clubs des grands championnats européens (Crystal Palace, West Ham, Aston Villa, Bayer Keverkusen entre autres), Kiraly est devenu incontournable grâce à ses qualités sur sa ligne de but qui ont grandement aidé la Hongrie à se qualifier pour l’Euro. Il a notamment été déterminant et décisif en barrage face à la Norvège avec des parades de classe.

Mais c’est du côté vestimentaire que le portier magyar risque de faire parler de lui. La France va ainsi découvrir sa tenue si atypique : un jogging en coton gris extra large afin de faciliter les mouvements. Été comme hiver. Un jogging porte-bonheur comme il l’a raconté au «  Journal Francophone de Budapest » : «Je joue en jogging depuis 1996 à Szombathely . Un jour, les pantalons noirs habituels pour les matches n'avaient pas été lavés. J'ai été obligé de prendre un gris. On a enchaîné sur une série de huit ou neuf matches sans perdre et on a ainsi évité la relégation. Donc où que j'aille depuis, ces pantalons sont mon porte-bonheur. Et je ne vais pas changer ça maintenant »