Hongrie : Le glorieux passé des Magyars à l'Euro

Voir le site Euro 2016 de football

hongrie
Par Teddy VADEEVALOO|Ecrit pour TF1|2016-06-04T11:59:41.664Z, mis à jour 2016-06-04T15:52:53.790Z

La Hongrie dispute son premier Euro depuis 1972. Une nation à la recherche de son glorieux passé qui l’a amené à faire très bonne figure lors de ses deux seules participations à cette compétition.

La Hongrie a surtout été reconnue dans le passé pour son remarquable parcours en Coupe du monde. Finaliste en 1938, elle rééditera cet exploit en 1954 avec Ferenc Puskas, le « major galopant » à sa tête. Mais les Mágikus Magyarok (les magyars magiques comme ils ont été surnommés à cette époque) vont poursuivre leur dynamique à l’échelon européen. 

Euro 2016, un programme exceptionnel sur TF1 :


1964 : Les Hongrois tombent contre le pays organisateur

A l’époque, c'est grâce à un système de matchs aller-retour, en 3 phases éliminatoires, que 29 équipes pouvaient se qualifier pour l'une des 4 places attribuées seulement pour l'Euro 1964. Pour sa toute première participation, et juste après un succès aux Jeux Olympiques, la Hongrie sort l’Allemagne de l’Ouest en 8ème (5-4 sur les deux rencontres), avant d’éliminer la France de Lucien Muller ou autre Robert Herbin en quart (5-2 en cumulé). En demi-finale, les Magyars affrontent le pays organisateur, l’Espagne. Après l’ouverture du score de Pereda (35ème), Ferenc Bene, attaquant prolifique de l’époque, permet à sa nation d’égaliser dans les derniers instants (84ème). Mais la prolongation tourne en faveur de la « Roja » avec le but victorieux d’Amancio (115ème). Finalement troisième de la compétition, après un succès face au Danemark (3-1 ap), la Hongrie a réussi un baptême de feu. 

1972 : La Hongrie s’arrête en quart

Huit ans plus tard, les Hongrois retrouvent l’Euro. Mais leur parcours sera un peu plus décevant. Après un parcours remarquable en phase éliminatoire (premier d’un groupe qui comporte la France notamment), la sélection magyare élimine la Roumanie d’un certain Mircea Lucescu, actuellement entraîneur du Zenit St Petersbourg. Après deux nuls, elle remporte in extremis le match d’appui organisé à Belgrade (2-1). En demi-finale, les choses se compliquent face à l’URSS. La défaite est courte (1-0) mais la désillusion énorme. La Hongrie terminera même la compétition au pied du podium après s’être inclinée lors du match pour la troisième place face au pays organisateur, la Belgique (1-2).