Dans l'actualité récente

Irlande : Keane veut « descendre les Italiens »

Voir le site Euro 2016 de football

RTR13RZG
Par Teddy VADEEVALOO|Ecrit pour TF1|2016-06-21T07:58:29.017Z, mis à jour 2016-06-21T10:14:24.921Z

Roy Keane, sélectionneur adjoint de l’Irlande, a eu des mots forts avant d’affronter l’Italie pour le troisième match de poule de l’Euro, mercredi à Lille.

Roy Keane n’est pas un poète, c’est avéré. Sur le terrain comme en dehors, l’ancien milieu de terrain n'a jamais fait dans le détail.

Une volonté de fer

Milieu de terrain et capitaine charismatique de Manchester United entre 1993 et 2005, Roy Keane a la réputation d’un vrai « bad boy ». Capable de péter les plombs sur un terrain, comme en dehors. A l’image d’une célèbre image le confrontant au Français Patrick Vieira lors d’un Arsenal-Man United en 2005. Rugueux, agressif, mais aussi formidable meneur d’hommes, le natif de Cork cherche à transmettre son leadership avec l'Irlande, dont il est le sélectionneur adjoint depuis 2013. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne mâche pas ses mots.

Avec un nul et une défaite, le parcours de sa sélection est loin d’être flamboyant pour l’instant dans cet Euro. Avant d’affronter l’Italie pour un match décisif que ses protégés doivent absolument gagner pour espérer se qualifier, Keane a eu des mots cinglants pour motiver ses troupes : « Il faut descendre les Italiens. On a vu qu'ils n'hésitaient pas à le faire eux-mêmes contre la Belgique, quitte à prendre un jaune au milieu du terrain, pour empêcher un contre dangereux. Il faut dégager la balle dès qu'on peut. Ce n'est pas le genre de match où on se fera des amis ».

Habitué à ce genre de déclarations

Un langage guerrier qui correspond bien à l’homme. Il y a trois semaines, l’Irlande s’était inclinée en amical face à la Biélorussie (2-1). De quoi provoquer l’ire du co-sélectionneur irlandais : « J'ai voulu en tuer certains la nuit dernière. Ils devraient s'estimer heureux d'être du voyage à l'Euro, c'est un retour à la réalité pour un ou deux joueurs qui pensaient être de bons joueurs ».

Même s’il peut également avoir de bons mots. Comme lorsque la presse s’inquiétait de la possible absence de Robbie Keane, le vétéran de la sélection, dont la femme venait d’accoucher : « Il sera OK tant qu'il n'allaite pas ». Le tout en conservant un sérieux déroutant…

en savoir plus : Euro 2016 : Italie - Irlande, Equipe d'Irlande de Football