Irlande du Nord : Autopsie d'un échec annoncé

Voir le site Euro 2016 de football

RTX2EJSH
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2016-06-01T17:16:47.383Z, mis à jour 2016-06-02T08:23:55.938Z

Tombée dans le groupe des champions du monde allemands, l’Irlande du Nord ne semble pas partie pour jouer les trouble-fête. Certains manques l'empêchent de croire en un huitième de finale.

En prenant la tête de son groupe de qualification devant la Roumanie, l’Irlande du Nord a réalisé un exploit, celui de se qualifier pour la première fois pour un Championnat d’Europe des Nations. Pourtant, outre cet exploit, elle ne semble pas en mesure de gêner les gros calibres de la compétition.


1 Beaucoup de joueurs évoluent dans des divisions inférieures 

A l’exception du gardien Roy Carroll passé par Manchester United notamment, et Steven Davis pilier de Southampton, rares sont les joueurs de l’Irlande du Nord qui possèdent une réelle expérience du haut niveau. Beaucoup évoluent dans des divisions inférieures dans les championnats britanniques. Et étant donné le niveau attendu lors de l’Euro en France, les nord-irlandais pourraient être vite dépassés par leurs adversaires plus habitués au haut niveau. 



2 Parce qu’elle prend trop de buts

Lors des qualifications, l’Irlande a marqué 16 buts, mais en a surtout pris 8. Pour un premier de groupe, il s’agit de l’un des plus mauvais totaux pour une défense. Une seule équipe a fait pire, il s’agit de l’Allemagne qu’elle retrouvera en poule ! Mais les champions du monde en titre ont eux inscrit 24 buts contre 9 encaissés .

3 Un manque d’expérience internationale

Depuis 1986 et sa participation à la Coupe du monde, l’Irlande du Nord n’a jamais participé à une grande compétition. Ce sera d’ailleurs le premier Euro de son histoire. Cette inexpérience dans les grands rendez-vous risque de s’avérer fatal pour une formation trop peu familière des matches internationaux de haut niveau. S’il vaut bien commencer à un moment donné, ce premier apprentissage pourrait être difficile pour la formation du sélectionneur Michael O’Neil.