Dans l'actualité récente

Islande : à Nantes, Sigthorsson bluffe tout le monde

Voir le site Euro 2016 de football

Smalling et Sigthorsson
Par Jonathan MURCIANO|Ecrit pour TF1|2016-07-02T09:22:48.650Z, mis à jour 2016-07-02T09:23:17.633Z

Lent et emprunté, telle est l'image que les supporters nantais gardaient de Kolbeinn Sigthorsson, leur avant-centre islandais, avant son quart de finale face aux Bleus dimanche.

Mercredi matin, c'était la rentrée au FC Nantes. Et dans la salle de presse de la Jonelière, où Franck Kita, directeur général du club, et le nouvel entraîneur René Girard, donnaient une conférence de presse, un nom était présent dans toutes les têtes : Kolbeinn Sigthorsson. Engagé avec la sélection islandaise dans une incroyable aventure qui a mené ce pays des 330.000 habitants dans les huit meilleures nations européennes, personne ne sait quand reviendra l'athlétique avant-centre, recruté l'été dernier à l'Ajax Amsterdam pour un peu plus de 3 millions d'euros. Dimanche, il défiera Laurent Koscielny et les autres défenseurs de l’équipe de France dans un quart de finale très inattendu. Sa frappe du droit enroulée lors du 8e de finale victorieux face à l’Angleterre (2-1) a permis à son pays d’écrire la plus belle page de son histoire.


René Girard en plein dilemme

« C'est terrible comme situation. J'ai envie qu'il continue son parcours à l'Euro mais si c'est le cas, ça signifierait qu'on est passé à la trappe, ce qui n'est pas souhaitable », a expliqué René Girard, en plein dilemme car l'Islande jouera la France en quart de finale de son Euro dimanche. « Quand il aura fini sa, il aura le droit à ses quatre semaines de repos. On verra par la suite », a ajouté le technicien.

Ce « on verra par la suite », lâché l'air de rien par Girard donne cependant toute la mesure de l'incertitude concernant l'avenir d'un Sigthorsson parti presque comme un paria de Nantes bien avant la fin de saison, soigner un genou douloureux.

« C'était son frère à Nantes ?"

Trois buts, en 26 matches de Ligue 1, plus un but en Coupe de France, le bilan de son année était inversement proportionnel aux espoirs générés par l'arrivée d'un attaquant au pedigree intéressant. Critiqué pour son manque d'intégration et d'implication dans l'équipe, mais aussi pour un surpoids pointé du doigt pas l'entraîneur d'alors, Michel Der Zakarian, quelle n'a pas été la surprise pour les supporteurs nantais de voir un Sigthorsson mobile et performant à la pointe de la surprenante équipe islandais.

« C'était le frère de Kolbeinn Sigthorsson au FC Nantes cette saison ou quoi? », s'interrogeait récemment 20Minutes Nantes, alors que So Foot diagnostiquait un dédoublement de personnalité avec son titre « Docteur Kolbeinn, Mister Sigthorsson ». « Je le trouve en jambes, plus mobile qu'à Nantes. Il est très affûté sur les images que je vois », a commenté Der Zakarian sur le site internet du quotidien gratuit. Seul le latéral nantais Léo Dubois, toujours dans 20Minutes, assurait ne pas voir « un nouveau Kolbeinn à l'Euro ».

« La machine est lancée"

« L'Islande joue parfaitement avec les qualités de Kolbeinn. Il a un excellent jeu de tête, est un bon pivot, mais ils ne le cherchent pas dans la profondeur », a-t-il expliqué, pointant du doigt l'une des causes de l'adaptation ratée de l'Islandais à Nantes. Toujours est-il que son départ de Nantes, quasiment acté fin mai, semble moins certain. « Kolbeinn a eu une saison difficile, ça arrive à tous les grands joueurs. Il a l'air de retrouver sa forme, tant mieux pour tout le monde. C'est un joueur qui a le niveau international. Il fait partie de l'effectif », a commenté un Girard conciliant.

« Il lui reste encore quatre ans de contrat. La machine est lancée, ce serait dommage qu'on s'en prive. C'est peut-être le moment pour le garder afin de passer un cap », a renchéri Franck Kita. La question sera bien sûr aussi de savoir dans quelle mesure le principal intéressé sera motivé à l'idée de revenir dans une équipe qui jouera le milieu de tableau en Ligue 1, alors que des offres plus alléchantes risquent d'arriver rapidement sur le bureau des dirigeants canaris. Des grands clubs européens s’offriront-ils le buteur de l’équipe surprise de l’Euro ? Il est clair aujourd’hui que sa cote s’est envolée et Nantes pourraient se frotter les mains d’ici la fin du mercato dans deux mois.

en savoir plus : Euro 2016 : France - Islande, Equipe de France de Football