Islande / R.Sigurdsson : « Il va falloir qu’on joue au foot »

Voir le site Euro 2016 de football

Joie islandaise à l'Euro 2016
Par Christopher LE CAER|Ecrit pour TF1|2016-06-30T13:17:51.102Z, mis à jour 2016-06-30T13:40:06.005Z

Les Islandais se sont confiés en conférence de presse jeudi, à trois jours de leur quart de finale de l'Euro face à la France.

L’Islande s’attend à souffrir dimanche face à la France, « une grosse montagne ! » selon Kari Arnason. « La France a des joueurs fantastiques à tous les postes, a déclaré le défenseur central islandais jeudi en conférence de presse à Annecy, tout en focalisant sur Dimitri Payet. C’est le joueur le plus inspiré du tournoi. Je l’ai vu jouer cet hiver avec West Ham. Il a progressé toute la saison. C’est l’homme fort depuis le début de l’Euro. Mais il y a aussi Griezmann, Pogba, Giroud… Giroud, c’est le genre de joueur que j’avais l’habitude d’affronter quand j’évoluais en Grande-Bretagne. C’est comme ça que la plupart des équipes s’organisent. Avec une grande cible devant et des petits gars autour de lui. »

Sigurdsson et l’esprit d’équipe français

Birkir Bjarnason, le milieu de terrain, aura fort à faire face à Pogba « un super joueur ». « Mais on sera tous prêts et on ne va pas se concentrer sur un seul joueur. Un seul élément ne peut pas changer le cours du match. Ce sera dur pour eux de passer nos lignes et ils auront besoin de plus d’un joueur pour y arriver. » Son coéquipier, Ragnar Sigurdsson, poursuivait en ce sens : « Ils (la France) ont une équipe fantastique, des grands joueurs, mais ils jouent comme une équipe. Ils ne s’appuient pas que sur des individualités. On doit vraiment faire attention à leur esprit d’équipe. Il ne faut pas se concentrer sur un seul joueur. Ce serait stupide. Il faudra essayer d’avoir plus le ballon, jouer comme on l’a toujours fait, tous ensemble. Il va falloir qu'on joue au foot si on veut faire quelque chose contre les Français. »

Le point faible français

Lors de la conférence de presse, le co-sélectionneur  Heimir Hallgrimsson a assuré avoir « identifié un point faible. Mais on ne va pas vous le dire… » Enigmatiques ces Islandais.

en savoir plus : Euro 2016 : France - Islande