Dans l'actualité récente

Italie-Espagne : La finale avant la lettre

Voir le site Euro 2016 de football

Sergio Ramos, défenseur de l'Espagne
Par Jean-Baptiste NICOLLE|Ecrit pour TF1|2016-06-23T15:12:36.862Z, mis à jour 2016-06-23T15:37:29.680Z

Opposés l’année dernière en finale, les Italiens et les Espagnols s’affronteront cette année dès les huitièmes dans un choc qui s’annonce déjà explosif. Un match à ne pas rater lundi, à 18h, sur TF1.

Italie

L’Italie n’a pas perdu de temps au premier tour. En battant coup sur coup la Belgique (2-0) et la Suède (1-0), les Azzurri ont très vite acquis leur qualification. Du coup, le sélectionneur Antonio Conte a pu faire tourner comme il le souhaitait contre l’Eire. Mais la mauvaise prestation de la Nazionale ponctuée d'une défaite (0-1) prouve que son effectif n’est peut-être pas taillé pour aller jusqu’au bout.

Espagne

Les deux premiers matches de la Roja ont été aboutis. Les victoires contre la République tchèque (1-0) et face à la Turquie (3-0) ont permis de retrouver une Espagne conquérante. Seulement, la défaite contre la Croatie (1-2) prouve qu’elle n’est pas infaillible. Surtout, elle a perdu sa première place sur le fil, ce qui lui vaut d’affronter l’Italie dès les huitièmes de finale…

Les clés du match

La défense d’acier de l’Italie

L’Italie, de son côté, ne peut profiter d’aucun génie offensif. Mais elle a prouvé qu’elle pouvait s’appuyer sur un état d’esprit irréprochable pour se dépasser. Sa solidité défensive incarnée par l’inoxydable Gianluigi Buffon dans les buts et par son trio de la Juventus Turin Barzagli-Bonucci-Chiellini reste son incontestable point fort.

10 Italiens sous le coup d’une suspension

Avec 10 joueurs déjà avertis et donc sous le coup d’une suspension, dont 6 pour ses titulaires (Buffon, Barzagli, Bonucci, Chiellini, De Rossi, Eder), l’Italie ne pourra peut-être pas défendre comme elle sait le faire. A moins que certains joueurs se sacrifient…

L’efficacité de Morata

Avec déjà trois buts à son actif lors de cet Euro, Alvaro Morata s’impose comme l’attaquant de pointe que recherche Vicente Del Bosque depuis la retraite internationale de David Villa et la baisse de niveau de Fernando Torres. L’avant-centre de la Juventus Turin connaît en plus très bien Buffon et les trois défenseurs centraux Barzagli, Bonucci et Chiellini. C’est lui qui pourrait faire la différence.

Face à face dans les grandes compétitions

Ils ne s’attendaient sans doute pas à se retrouver aussi vite dans la compétition. Pourtant, l’Italie et l’Espagne devront bien croiser le fer dès les huitièmes cette année. Un choc XXL à ce stade de la compétition qui n’était autre que la finale de l’épreuve en 2012. Humiliés à l’époque 0-4 par une Roja intouchable, les Azzurri auront l’occasion de prendre une belle revanche. C’est plus anecdotique, mais l’Italie et l’Espagne s’étaient aussi affrontées en phase de poule lors du même Euro. Les deux équipes s’étaient séparées sur le score de 1-1. Quatre ans auparavant, en 2008 cette fois, Ces deux mastodontes du football européen s’étaient également rencontrés. La Roja future vainqueur l’avait emporté aux tirs aux buts en quarts de finale après un match fermé (0-0). Les puristes se souviendront enfin du formidable quart de finale de Coupe du monde disputé en 1994 et remporté par la Squadra Azzurra de Roberto Baggio 2-1.  

Notre cote

Italie : 45 %

Espagne : 55 %

en savoir plus : Euro 2016 : Italie - Espagne, Equipe d'Italie de Football, Equipe d'Espagne de Football