Dans l'actualité récente

Jacques Lambert : « L’enthousiasme va monter autour des Bleus »

Voir le site Euro 2016 de football

Les 11 mots que vous allez entendre pendant l'Euro
Par Emmanuel LANGELLIER|Ecrit pour TF1|2016-06-08T09:19:05.501Z, mis à jour 2016-06-08T10:02:55.065Z

Jacques Lambert, le président du comité d’organisation de l’Euro 2016, fait part de sa sérénité et de son optimisme dans un entretien accordé mercredi au Parisien.

Cinq matches de l'Euro 2016 en Ultra HD sur TF1 !


« On part sur un terreau plus fertile » 

Alors que l’Euro approche et que certains débats agitent la sphère médiatique, Jacques Lambert, le président du comité d’organisation, se montre résolument serein. Et optimiste, déjà, pour l’équipe de France. « Même avec les blessures des uns et des autres, je les trouve bien. Je pense que l’équipe de France sera au rendez-vous», confie Lambert, mercredi dans Le Parisien, qui estime que les Bleus auront la France derrière eux. «L’équipe que Didier Deschamps a mise en place a créé autour d’elle une forme d’adhésion. Il n’y a pas de raison que cet état d’esprit change pendant l’Euro. Si les résultats sont là, la pression et l’enthousiasme vont monter autour de cette équipe. En 1998, l’équipe de France avait commencé dans une certaine indifférence, avec même une dose d’hostilité. Et la mayonnaise a pris. Là, on part sur un terreau plus fertile.» 

« On applique aux fan-zones la même sécurité que dans les stades » 

Quant à la sécurité, Lambert assure qu'«avec le gouvernement, le ministère de l’Intérieur, les forces de sécurité, les préfets, nous avons fait tout ce qu’il était possible de faire pour que le niveau de sécurité de cet Euro soit optimal. Mais comme l’a dit Bernard Cazeneuve, "100 % de précaution ne veut pas dire 0 % de risque"». Au sujet des fan-zones, le sujet a été longuement débattu avant que la réponse ne fasse l’unanimité : «On s’est tous posé la question. La réponse a été uniforme de la part des trois parties qui avaient quelque chose à dire : les villes, le gouvernement et l’organisateur. En faisant la balance des avantages et des inconvénients, il nous est apparu qu’il valait mieux accueillir les supporteurs dans un espace sécurisé plutôt que de les voir répartis un peu partout. On applique aux fan-zones la même sécurité que dans les stades.» 

Hooliganisme : « Le risque est restreint » 

Concernant l'hooliganisme, « le risque est restreint » selon Lambert. « Il n’est pas nul, nous ne le sous-estimons pas, confie le patron du comité d'organisation de l'Euro. Nous l’avons traité de façon aussi professionnelle que possible grâce aux échanges d’informations entre les fédérations des pays qualifiés. Il n’y a pas aujourd’hui en Europe autour des équipes nationales de phénomènes gravissimes de hooliganisme. Les équipes qui représentent des dangers à ce niveau ne sont pas qualifiées. On n’est pas obnubilés par cette problématique, on doit y faire face sans grande difficulté. Cinq matchs du premier tour présentent un risque plus important .»