Allemagne : La Mannschaft étale un peu plus ses doutes

Voir le site Euro 2016 de football

Kroos focus
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-06-17T08:29:03.257Z, mis à jour 2016-06-17T09:19:17.665Z

La Nationalmannschaft n'a su prendre la mesure des Polonais. Les champions du monde confirment leurs récentes difficultés, notamment en attaque. Sont-ils armés pour aller loin dans cet Euro 2016 ?

C'était il y a un peu plus de 8 ans. C'était le 9 juin 2008, à Zurich en Suisse. La Roumanie et la France se quittaient sur un score nul et vierge lors de l'Euro 2008. Depuis, il n'y avait plus eu de 0-0 en phase de poules d'un championnat d'Europe des nations. Jusqu'à cet Allemagne-Pologne disputé hier, jeudi 16 juin au Stade de France.

La défense allemande, rare satisfaction

L'Allemagne n'a pas montré le visage rayonnant qui était le sien il y a deux ans, quand elle avait conquis le titre mondial au Brésil. Les limites affichées ces derniers mois étaient bien visibles encore face aux Polonais, comme une confirmation que le succès acquis face à l'Ukraine au premier match est plus flatteur que le score ne le laisse penser (2-0).

Au rayon des satisfactions, les Allemands peuvent quand même avancer qu'ils sont invaincus, leaders de leur poule (4 points comme la Pologne mais avec une meilleure différence de buts) et dotés d'une défense hermétique. L'arrière-garde, et en particulier la charnière Hummels-Boateng, a muselé Lewandowski et montré des gages de sûreté, sachant que derrière, le mur Neuer reste difficile à percer. « Je suis satisfait de la défense sur ce match, on a travaillé collectivement et Manuel Neuer n'a pas eu beaucoup de travail. Mats Hummels n'était pas là lors du premier match mais il a été très bon, tout comme Jérôme Boateng », s'est félicité le sélectionneur Joachim Löw.

Une attaque hors du coup

En deux matchs dans cet Euro, les Allemands ont trouvé deux fois les chemins des filets. Mais les prestations offensives laissent à désirer. Contre l'Ukraine, la Nationalmannschaft a marqué grâce à un défenseur sur coup de pied arrêté, puis sur un contre en fin de match face à un adversaire qui s'était découvert. Le quator Müller-Özil-Draxler-Götze, discret contre les Ukrainiens, a été très peu en vue face à la Pologne.

Mesut Özil a reconnu des difficultés après le coup de sifflet final : « Nous avons eu du mal à nous créer des occasions car ils jouaient à vingt devant le but (sic). On voulait vraiment gagner aujourd'hui, mais nous n'avons malheureusement pas trouvé les solutions. La déception est évidemment grande ». Son entraîneur Joachim Löw a lui déclaré : « En attaque, aujourd'hui, on n'a pas eu beaucoup d'occasions parce que notre jeu dans le dernier geste n'était pas assez rapide, on n'a pas réussi à accélérer et il y avait toujours beaucoup de joueurs polonais derrière le ballon ».

Amélioration à venir ?

Pas souveraine, l'équipe nationale d'Allemagne n'est pas non plus dépassée. L'attaque cafouille et les solutions offensives sont peu nombreuses ou en difficulté, mais l'assise allemande demeure solide. La défense est de fer et le jeu, à défaut d'être spectaculaire, reste efficace. Les Allemands monopolisent le ballon (63% de possession contre l'Ukraine et contre la Pologne) et pratiquent un jeu de passes intense idéal pour fatiguer l'adversaire.

Leur prochaine sortie face à l'Irlande du Nord sera suivie attentivement. Il s'agira de gagner pour assurer la première place mais aussi pour éloigner les doutes persistants. « Il faut qu'on reste positif avant le prochain match », répète Mario Götze. « Nous allons devoir nous améliorer pour créer des occasions et les concrétiser », conclut Mesut Özil.

en savoir plus : Euro 2016 : Allemagne - Pologne, Equipe d'Allemagne de Football, Equipe de Pologne de Football