Dans l'actualité récente

L'Autriche d'Alaba pense déjà à demain

Voir le site Euro 2016 de football

Faute de Pepe sur Alaba - Portugal-Autriche
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-06-23T15:10:38.668Z, mis à jour 2016-06-24T07:21:06.092Z

Eliminée au premier tour de l'Euro 2016, l'équipe d'Autriche, annoncée comme un possible surprise, n'a absolument pas pesé sur la compétition. Malgré la déception, elle est déjà tournée vers l'avenir.

C’est l’autre déception du premier tour. Bonne dernière du groupe F, l’Autriche n’a absolument pas du tout pesé sur cette compétition. Battue à deux reprises par la Hongrie (2-0), puis au bout du temps additionnel par l’Islande au Stade de France mercredi (2-1), elle a quitté l’Euro 2016 avec un seul point au compteur acquis face au Portugal (0-0).

Peu dangereuse offensivement malgré une bonne discipline tactique, l’équipe dirigée par Marcel Koller a manqué d’idées et de créativité. Cela a crevé les yeux face à l’Islande lors de la troisième et dernière rencontre du premier tour. « Notre mauvaise première période n’était pas due à un problème de système, mais plus à un manque de pressing . Ce n’est pas le schéma mis en place le responsable, c’est plus la nervosité », a analysé le sélectionneur de l’Autriche.

Marcel Koller : « Ce n’est pas un échec personnel, c’est une expérience commune »

Principal architecte de cette équipe rajeunie et séduisante lors des éliminatoires, le Suisse s’est refusé à vivre l’élimination prématurée comme un échec personnel. « Je ne pense pas que ce soit le cas. Cela a été une expérience pour moi et l’équipe»,  a-t-il souligné en conférence de presse (propos rapportés par UEFA.com).

Même son de cloche pour Christian Fuchs, déçu par cette élimination mais heureux des progrès réalisés par son équipe nationale depuis deux années. « C’est compliqué, mais ce n’est pas le pire jour de ma carrière... L’important c’est de rebondir après ça, a soutenu le joueur de Leicester. On ne doit pas oublier ce que l’on a réalisé pour se qualifier pour la première de notre histoire pour la compétition (via les éliminatoires, ndlr). Les choses positives sont oubliées trop facilement, pour se concentrer sur les négatives. »

Fuchs confiant pour l'avenir

Symbolisé par le tournoi manqué de David Alaba, son meilleur joueur, repositionné dans un poste contre-productif de milieu offensif, l’Autriche n’a pas pu se reposer sur  ses cadres. Pourtant des joueurs comme son gardien, Marko Halmer et son double pivot défensif, Julian Baumgartlinger et Stefan Ilsanker, se sont révélés être des joueurs intéressants aux yeux de l’Europe. Le deuxième cité, très bon relayeur porté vers l'avant, a déjà signé avec le Bayer Leverkusen la saison prochaine, en provenance de Mayence (contre 4 millions d’euros). A l'inverse, des joueurs comme Marc Janko, Marko Arnautovic et Martin Harnik, au parcours moins linéaire qu'annoncé, mais considérés comme confirmés, n'ont eux rien apporté lors de cet Euro.

Pour Christian Fuchs, le capitaine de cette équipe, l’avenir de cette jeune génération, symbolisé par des joueurs comme David Alaba, Aleksandar Dragovic, Marcel Sabitzer et Alessandro Schöpf, buteur face à l’Islande, est prometteur. « On n’est pas du tout satisfaits de notre tournoi. Mais avec la façon dont notre équipe s’est améliorée lors de ces dernières années, il y a plusieurs raisons pour les supporters d’être fiers de nous . »


en savoir plus : Equipe d'Autriche de Football, Equipe d'Islande de Football, Euro 2016 : Autriche - Hongrie, Euro 2016 : Portugal - Autriche