Dans l'actualité récente

Autriche : Elle pourrait ne pas s’arrêter là

Voir le site Euro 2016 de football

34639 368677
Par Christopher LE CAER|Ecrit pour TF1|2016-06-06T14:58:23.188Z, mis à jour 2016-06-06T15:41:18.723Z

L’Autriche va disputer seulement son deuxième Euro. Mais elle pourrait bien surfer sur la dynamique des qualif' où elle n'avait laissé que des miettes aux autres. Au point d’en faire un outsider ?

L’Autriche n’a que très peu d’expérience à l’Euro, puisqu’elle va disputer seulement son deuxième championnat d’Europe (après 2008 qu’elle a co-organisé avec la Suisse). Mais pourtant, la sélection de Marcel Koller est présentée comme un outsider crédible. Pourquoi ? En voici les raisons :

Euro 2016 : un programme exceptionnel sur TF1 :


L’Autriche a dominé son groupe de qualification

La Wunderteam a impressionné durant les éliminatoires avec neuf succès et un nul.  Surtout, elle a humilié la Suède (4-1) et battu de sérieux rivaux comme la Russie et le Monténégro à deux reprises. Et les « Rot-Weiss-Roten » (le surnom de l’Autriche, les « Rouges-blancs-rouges ») ont pu compter sur leur buteur Marc Janko, auteur de sept réalisations lors des qualifications. Alors pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Alaba, Janko, Fuchs, des joueurs expérimentés

Si elle maintient son niveau de jeu proposé en qualif’, l’Autriche pourra voir loin. Surtout si ses individualités sont au rendez-vous.  David Alaba (Bayern Munich) et Zlatko Junuzovic (Werder Brême) sont les métronomes d’un jeu autrichien bien léché. La vitesse d’Harnik et la folie d’Arnautovic seront aussi de véritables poisons pour les défenses adverses. Devant, le géant Janko (1,96m) sera un danger permanent. Le joueur du FC Bâle a marqué but sur but cette saison avec son club.

Un groupe à sa portée

Versée dans le groupe F aux côtés du Portugal, de l’Islande et de la Hongrie, l’Autriche a toute ses chances de passer le premier tour. Elle aura l’occasion de se mettre en condition lors d’un premier match abordable face à la Hongrie le 14 juin (à Bordeaux), avant le choc face au Portugal, favori de la poule (le 18 juin à Paris). Les Autrichiens peuvent donc sérieusement envisager une qualification en huitièmes de finale, voire en quarts. S’ils finissent deuxièmes de leur groupe, ils affronteront en huitièmes le deuxième du groupe B : soit la Russie, le pays de Galles ou la Slovaquie (si on part du principe que l’Angleterre terminera en tête de la poule). Avant pourquoi pas de retrouver la France en quarts ?