L'Euro à 24 : Les troisièmes patientent en salle d'attente

Voir le site Euro 2016 de football

Juraj Kucka
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-06-22T17:29:55.739Z, mis à jour 2016-06-22T18:21:21.498Z

Pour la première fois de l'histoire du Championnat d'Europe, des équipes doivent patienter, plusieurs jours, avant de savoir si elles sont qualifiées ou non pour la phase finale. Une drôle d'ambiance.

L’Euro à 24 a redistribué les cartes. Obligé de mettre en place un système pour qualifier les quatre meilleurs troisièmes, un système à formules, l’UEFA a de fait instauré un climat d’attente pour les sélections figurants dans les premiers groupes. Première de cordée, l’Albanie. Toute heureuse d’avoir battue la Roumanie (1-0), soit son premier succès à l’Euro et dans une grande compétition, la sélection, troisième de la poule A, est depuis dimanche dernier dans l’attente de savoir si elle va se qualifier ou non pour la phase finale de l’Euro 2016.

Avec trois points au compteur et un goal average général de (-2), les chances de qualification de la sélection albanaise sont plutôt minces. Surtout depuis que la Turquie, également avec (-2 ) au goal average, lui est passée devant grâce au nombre de buts marqués après son succès face à la République tchèque (3-0). L’attente, c’est l’impuissance. Et le temps défile depuis dimanche pour les coéquipiers de Lorik Cana.

La Slovaquie attend son adversaire

Deuxième sélection en attente : la Slovaquie. Troisième de la poule B après son nul arraché face à l’Angleterre (0-0), lundi soir, la sélection de Marek Hamsik s’est retrouvée dans un premier temps dans la même position que l’Albanie, avant d’être soulagée par le résultat final de l’Irlande du Nord, battue par l'Allemagne (1-0), 24h après.  « C'est une super sensation », a confié à UEFA .com le défenseur Jan Durica.

La Slovaquie, rejointe par l’Irlande du Nord et la Turquie depuis mardi soir dans la liste des meilleurs troisièmes, est toujours dans une position d’attente. Contre qui jouera-t-elle ? C’est désormais le système de formules mise en place par l’UEFA qui lui tombe sous le nez. Ce ne sera pas l’Espagne placée en bas du tableau après sa défaite face à la Croatie à Bordeaux (2-1). Plus probablement la Croatie, première du groupe B, où l’Allemagne, vainqueur du groupe C.  Pour tout le monde, la nouvelle formule est un casse-tête.

« Avant le début de l'Euro, je pensais que nos espoirs de qualification reposaient sur le fait de battre le Pays de Galles, au premier tour, nous laissant ainsi à un point seulement de la qualification, a analysé à UEFA.com  Jan Kozak, le sélectionneur slovaque. Mais il n'en fut rien. Les Gallois nous ont battus, mais on a quand même réussi à prendre quatre points à l'issue de deux matches compliqués. »  « On doit simplement et attendre et espérer que les résultats des autres rencontres soient en notre faveur», a ajouté le Turc Olcay Şahan, à UEFA.com.

Encore quelques à attendre pour tout ce beau monde. Il y a aura des déçus, mais des déçus devant leur télévision, pas sur la pelouse, chaussettes baissées et regard fixé sur le sol. Pas de larmes. Et ça c’est une première dans l’histoire de l’Euro.


en savoir plus : Equipe de Turquie de Football, Equipe d'Irlande du Nord de Football, Equipe de Slovaquie de Football, Equipe d'Albanie de Football