Mercato : Les bonnes affaires de l'Euro 2016

Voir le site Euro 2016 de football

Hal Robson Kanu
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-07-12T15:05:24.383Z, mis à jour 2016-07-13T08:21:30.434Z

Plusieurs joueurs méconnus ou en perte de vitesse se sont fait remarquer pendant le tournoi. Des recruteurs avisés pourraient en profiter. Tour d'horizon.

A l'Euro 2016 qui s'est achevé le 10 juillet par le sacre du Portugal face à la France (1-0, a.p), il y a eu des stars, des déceptions, mais aussi des révélations. Certains footballeurs ont marqué les esprits alors qu'on ne s'y attendait pas forcément. Peut-être pourraient-ils suivre sur cette voie en club ?

Les Gallois ont de l'avenir

Dans le sillage de leur leader Gareth Bale, les joueurs du pays de Galles ont été brillants. Demi-finalistes, ils vont faire un bond au classement Fifa. Et les téléphones portables de leurs agents pourraient avoir du travail cet été. Hal Robson-Kanu, peu à l'aise sous les couleurs de Reading et sans club aujourd'hui, a retrouvé de très bonnes sensations en France, notamment avec son but splendide en huitième contre la Belgique.

L'attaquant Robson-Kanu peut signer où bon lui semble car il est libre. Son capitaine Ashley Williams a été solide et il a même égalisé face aux Diables rouges. Depuis 2008, il évolue à Swansea. Mais le Gallois aura bientôt 32 ans : le prix du colosse ne serait pas trop élevé. Pas titulaire à Tottenham, le latéral gauche Ben Davies a été à la hauteur également. Encore sous contrat à West Bromwich Albion, l'autre arrière central James Chester ne dépaillerait pas dans une équipe plus ambitieuse.

Des joueurs intéressants en Islande, en Hongrie...

Fort de son expérience de onze années à Manchester United, le défenseur Jonny Evans a été d'une grande aide pour stabiliser l'arrière-garde de l'Irlande du Nord. Il sera difficile de convaincre West Bromwich Albion de le céder, mais à 28 ans, Evans a encore de beaux jours à vivre sur le terrain.

Juraj Kucka (Slovaquie) est arrivé à l'AC Milan il y a un an, sans parvenir à redresser la maison lombarde. Polyvalent (défenseur ou milieu de terrain), le Slovaque peut rendre de précieux services. Artur Jedrzejczyk n'est pas étranger à l'étanchéité de la défense polonaise dans la compétition. Exilé en Russie à Krasnodar, le défenseur satisferait bien des équipes. Enfin, deux capitaines sont à suivre : le Hongrois Balazs Dzsudzsak (Bursaspor) et l'Islandais Aron Gunnarsson (Cardiff). Ce dernier a démontré de grosses qualités en matière de débauche d'énergie, dans la saine agressivité défensive et dans sa qualité de meneur d'hommes. L'Angleterre, éliminée sans discussion par les Vikings dès les huitièmes de finale, peut en témoigner.

en savoir plus : Equipe du Pays de Galles de Football, Equipe de Hongrie de Football, Equipe d'Islande de Football, Equipe d'Irlande du Nord de Football