Dans l'actualité récente

Pologne : Les anciens croient en cette Pologne

Voir le site Euro 2016 de football

Suisse-Pologne : Lewandowski
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-06-30T11:00:34.372Z, mis à jour 2016-06-30T13:34:19.356Z

Zbigniew Boniek, Henryk Kasperczak ou encore Piotr Swierczewski : les glorieux anciens se sont laissés séduire par le début de tournoi de leur sélection. Et la sentent capable d'aller plus haut.

Opposé au Portugal ce jeudi soir pour le premier quart de de cet euro, la Pologne ne part pas forcément avec la faveur des pronostics même si, au pays, l'optimisme est de mise.

La Pologne avec les grands

Avec trois buts marqués en quatre matches et une qualification à l'arrache face à la Suisse en huitième de finale (1-1, 5 tab à 4), la Pologne ne fait partie des sélections enthousiasmantes de cet Euro, loin s'en faut. Si les suiveurs et supporters de la sélection n'en sont pas dupes, difficile pour eux de ne pas se réjouir de la présence de leurs favoris dans le grand huit de la compétition.

« On voit la lumière du tunnel » 

C'est ainsi le cas de Zbigniew Boniek, président de la Fédération polonaise depuis 2012 et ancien milieu de terrain de la Juventus. Ce dernier se réjouit des bons résultats de sa sélection: « On est contents d’être en quarts de finale mais notre groupe de joueurs est très ambitieux, il attend plus. Au loin, on voit la lumière du tunnel. C’est normal de vouloir plus, d’aller plus haut. Si les joueurs sont contents d’être seulement en quarts de finale, alors on ne peut pas gagner ce match contre le Portugal. » Une période heureuse qui tranche avec un passé beaucoup plus lourd. « Les trente dernières années, on ne parlait pas de succès en Pologne mais de tradition, des beaux souvenirs, poursuit Boniek. Aujourd’hui, nous sommes très heureux car c’est la première fois depuis 1982 que notre équipe est présente et offre un beau football. Pendant 30 ans, on a joué comme des touristes. Au bout de deux matches, on était éliminés des compétitions.»  

« C'est grâce à l'entraîneur » 

Pour Piotr Swierczewski, l'ancien joueur de Saint-Etienne au début des années 90, le mérite en revient en premier lieu à Adam Nawalka : « Tactiquement on est très forts et, ça, c'est grâce à l'entraîneur. Après notre Euro en 2012, on a aussi gagné en expérience, et comme on a de bons joueurs, plus matures, c'est l'idéal.»  Un autre glorieux ancien, Henryk Kasperczak (62 sélections, 5 buts), adoube un sélectionneur pourtant contesté à ses débuts. « Dans son organisation, Nawalka a réussi à trouver des complémentarités entre les joueurs. Chacun sait ce qu'il doit faire. Avant ce n'était pas le cas. Il n'a pas connu une grande carrière mais là il arrive à maturité. Tout le monde était surpris au moment de sa nomination mais finalement c'est une bonne décision.» 

en savoir plus : Equipe de Pologne de Football, Euro 2016 : Pologne - Portugal