Pologne : Lewandowski & co, c'est costaud !

Voir le site Euro 2016 de football

Euro 2016   Allemagne Pologne
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-06-17T09:10:43.288Z, mis à jour 2016-06-17T09:26:35.088Z

Auteur d’une très bonne performance face à l’Allemagne (0-0), jeudi soir au Stade de France, la Pologne a séduit son monde malgré l'Euro pour le moment discret de son attaquant Robert Lewandowski.

Attention danger. Quatre jours après son succès face à l’Irlande du Nord (1-0), à Nice, la Pologne a confirmé ses très bonnes dispositions dans cet Euro 2016 en tenant en échec l'Allemagne, au Stade de France (0-0) jeudi soir. Solide, capable de bien se projeter, cohérente dans la construction du jeu, elle a même plus d’atouts qu’on ne veut bien le penser. Après deux rencontres, elle a tout du profil épouvantail dans cette compétition.

« On a essayé de presser très haut, on a voulu jouer en équipe en étant très compact derrière, et je pense que nous progressons dans notre jeu », a analysé un Adam Nawalka globalement satisfait de la performance de ses troupes, en conférence de presse. Le technicien a malgré tout regretté de ne pas avoir trouvé l'ouverture. La Pologne devra assurer son ticket pour les huitièmes de finale face à l'Ukraine, déjà éliminée, mardi prochain à Marseille.

Nawalka : « On a beaucoup mieux joué et construit que lors du premier match »

Incapable de concrétiser sa plus grosse occasion, une tête plongeante manquée par Arkadiusz Milik juste après le retour des vestiaires (46ème), la Pologne peut même nourrir quelques regrets. Elle aurait pu s’offrir le scalp du champion du monde en titre, tout aussi solide et équilibré, mais peu dangereux offensivement malgré sa domination. Un coup d'éclat manqué. Il y avait pourtant la place en seconde période.

« Je n'ai pas vraiment eu peur qu'on encaisse un but, c'est vrai qu'il y a eu des moments lors desquels l'Allemagne contrôlait le match, a reconnu Nawalka. On leur a laissé l'initiative pour pouvoir contre-attaquer, et vous avez pu voir en seconde période qu'on a pu se créer de bonnes occasions de marquer. On a beaucoup mieux joué et construit que lors du premier match, et je suis satisfait de la façon dont on a géré notre match. »

Lewandowski toujours muet

En net progrès par rapport à son succès face à l’Irlande du Nord, la Pologne est même en train de révéler des joueurs aux yeux de l’Europe. Dans l’entrejeu, aux côtés d’un très bon Grzegorz Krychowiak, Krzysztof Mączyński, le joueur du Wisla Cracovie, a sorti une belle prestation à la récupération. En défense, la charnière centrale Kamil Glik - Michał Pazdan a déjà démontré toute sa complémentarité et sa solidité, tout comme le latéral gauche Artur Jędrzejczyk, qui évolue au Legia Varsovie. Sur les côtés, Bartosz Kapustka avait séduit face aux Irlandais. Même s'il n’a joué qu’une dizaine de minutes face à l’Allemagne, il sera à surveiller lors de la rencontre contre l’Ukraine.

Les révélations de certains mettent de côté les prestations moins abouties des cadres. Sur son côté droit, Jakub Błaszczykowski a paru fatigué face à la Mannschaft et n'a pas pesé. Décevant face à l’Irlande du Nord, Robert Lewandowski, très attendu, s’est démené pour apporter le danger face aux Allemands, mais il n’a pu réussir à réellement peser sur la charnière Boateng - Hummels, qui est montée en puissance au fil des minutes. Frustrant.

« J'aurais aimé marquer, mais je n'en ai pas beaucoup eu la possibilité, j'étais parfois seul devant, a reconnu l'attaquant (un seul but en phase final d'un Euro, lors du match d'ouverture 2012 face à la Grèce) qui disputait une rencontre spéciale face à cinq de ses coéquipiers au Bayern Munich. Mais les statistiques sont moins importantes que l'équipe : il faut gagner contre l'Ukraine et se qualifier. C'est tout ce qui compte. »


en savoir plus : Equipe de Pologne de Football, Equipe d'Allemagne de Football, Euro 2016 : Allemagne - Pologne