Dans l'actualité récente

Portugal-France : Pourquoi les Portugais vont l'emporter

Voir le site Euro 2016 de football

La joie des Portugais
Par Teddy VADEEVALOO|Ecrit pour TF1|2016-07-10T12:18:24.118Z, mis à jour 2016-07-10T12:18:29.956Z

Ce dimanche soir, le Portugal et la France s'affrontent pour une finale de l'Euro très attendue. Nous vous dévoilons les raisons qui font croire à un succès de la Selecçao.

Portugal-France, un match a priori déséquilibré si on regarde l'historique des confrontations entre les deux nations (la France est invaincue depuis 1975 et reste sur dix succès consécutifs). Mais il y a plusieurs raisons de croire que le Portugal va en finir avec sa bête noire.

Parce-que Ronaldo

Les Français le craignent forcément. Cristiano Ronaldo a la possibilité d'entrer dans l'histoire en remportant un trophée avec sa sélection, ce que son plus grand rival, Lionel Messi, n'a jamais pu réussir. De quoi surmotiver ce compétiteur hors norme. Souvent critiqué durant la compétition, la star portugaise a pourtant su être décisive. Après un doublé salvateur contre la Hongrie lors du dernier match de poule (3-3), le joueur du Real Madrid a mené le contre qui a permis à Quaresma de marquer en prolongation lors du huitième face à la Croatie (0-1 ap). En quart, il a lancé son pays lors de la séance de tirs au but victorieuse face à la Pologne. Avant d'ouvrir la marque en demi-finale face au Pays de Galles (2-0). CR7 est attendu au tournant pour cette finale. Histoire d'effacer les souvenirs douloureux de 2004 lors de la finale de l'Euro perdue à domicile face à la Grèce (0-1).

Car Renato Sanches a l'occasion de grandir encore

C'est une des révélations de cet Euro. Buteur face à la Pologne, en quart de finale (1-1, 5-3), Renato Sanches a ébloui tous les observateurs lors de cette rencontre. Le futur joueur du Bayern Munich évolue dans un style proche de son idole Clarence Seedorf. Lui ressemblant même physiquement, le milieu de 18 ans aime mystifier les défenseurs adverses par ses dribbles courts, ses feintes de corps ou encore ses accélérations dévastatrices. Malgré son jeune âge, il fait déjà preuve d'une maturité étonnante. Et pourrait bien le démontrer dans cette finale de dimanche.

Pour faire taire les critiques

Depuis le début de la compétition, les critiques n'ont cessé de pleuvoir sur la sélection portugaise. Il faut dire que la Selecçao n'avait pas remporté le moindre match avant la demi-finale contre le Pays de Galles. Plus que le parcours poussif des hommes de Santos, c'est la manière qui a suscité le plus d'interrogations. Avec un style peu flamboyant et en reposant un peu trop sur le talent de Ronaldo, le Portugal n'a pas séduit jusque-là. Remonté par ces critiques venant de la presse française, le sélectionneur portugais a répondu en conférence de presse : « Je continue à dire la même chose : j’aimerais qu’ils (les journalistes) expliquent dimanche que nous avons gagné la finale de manière imméritée. Je serais très heureux qu’ils disent ça et je rentrerais chez moi très satisfait ».

Pour confirmer la fin des séries

Les surprises n'ont pas manqué depuis le début de cet Euro. Plusieurs nations ont ainsi mis fin à des mauvaises séries. A commencer par l'Italie, qui a fait tomber l'Espagne, double-tenante du titre, avant d'être éliminée par l'Allemagne, qu'elle avait toujours sortie en grande compétition. Sans oublier la France, qui s'est qualifiée aux dépens de la Mannschaft, une revanche après les éliminations des Coupes du monde 1982, 1986 et 2014 par les Allemands. De quoi donner des idées au Portugal, sorti par les Bleus lors de trois grandes compétitions (Euro 84, Euro 2000, Coupe du monde 2006) et qui reste sur dix défaites consécutives toutes compétitions confondues. Leur dernier succès face aux Tricolores ? Un match amical à Colombes, le 26 avril 1975 (0-2).

Mais surtout pour enfin remporter un titre international

Le Portugal a, là, une occasion inouïe de remporter enfin un titre international. Pourtant, les footballeurs de talent n'ont pas manqué dans ce pays depuis les années 60. A commencer par le légendaire Eusebio, qui a échoué en demi-finale du Mondial 1966. Comment oublier également la génération des Luis Figo, Rui Costa ou autre Nuno Gomes, malheureuse lors de l'Euro à domicile en 2004, loupant ainsi l'occasion d'ouvrir la boite à trophées. A l'époque âgé de 19 ans, Cristiano Ronaldo a ainsi l'occasion de prendre une belle revanche ce dimanche. Afin de faire vivre à la France ce qu'il a vécu avec sa sélection il y a douze ans...

► Créez votre onze-type du tournoi en cliquant ici

en savoir plus : Equipe de France de Football, Equipe du Portugal de Football, Euro 2016 : Portugal - France