Dans l'actualité récente

Portugal : Les larmes de Cristiano Ronaldo, image phare de l'Euro 2004

Voir le site Euro 2016 de football

Cristiano Ronaldo
Par Justine SOIGNON|Ecrit pour TF1|2016-07-08T13:05:44.662Z, mis à jour 2016-07-08T14:04:15.317Z

Cristiano Ronaldo et le Portugal ne joueront pas leur première finale de l'Euro dimanche. En 2004, les Lusitaniens avaient été battus par la Grèce. Le Madrilène avait fini la rencontre en larmes.

Il y a douze ans, Ronaldo et le Portugal étaient déjà en finale de l’Euro. A Lisbonne, CR7 et ses compatriotes affrontaient à domicile la Grèce, finaliste étonnante. Après avoir éliminé la France, tenante du titre, en quart de finale, cette dernière avait décroché le titre à la surprise de tous (0-1).

Un dénouement inattendu

Nous sommes le 4 juillet 2004. Alors que le footballeur argentin Alfredo Di Stefano souffle sa 78ème bougie, tous les regards sont portés sur l’Estadio da Luz, le stade de Lisbonne. Sur sa pelouse se joue la finale de l’Euro opposant une équipe du Portugal à la maison à une équipe de Grèce que personne n’attendait à ce niveau. Cette dernière avait terminé les phases de groupe à la deuxième place du groupe A derrière… le Portugal. Devant 62 685 spectateurs, les joueurs de Luiz Felipe Scolari dominent outrageusement le match. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 58 % de possession de balle, 17 tirs à 4 (dont 5 cadrés). Mais c’est finalement la Grèce qui, sur son seul tir cadré du match, ouvre le score et finit par l’emporter sur la plus petite des marges. A la 57e, Angelos Charisteas s’élève plus haut que tout le monde sur le seul corner grec du match et crucifie le pays organisateur (0-1).

Un déchirement pour CR7

La déception portugaise contraste avec la joie grecque. Sur le terrain, un homme aux cheveux gominés erre, inconsolable. Cet homme n’est autre que Cristiano Ronaldo. A 19 ans, l’ancien joueur de Manchester United n'est pas encore le serial buteur que l’on connaît aujourd’hui. Il n'est même pas encore CR7. Pour sa première grande compétition européenne, le numéro 17 termine en pleurs. A l’époque, ses larmes avaient fait le tour du monde. Dimanche, celui qui est aujourd'hui triple Ballon d'or espère bien pleurer encore. Mais cette fois, de joie.


Créez et soumettez-nousvotre onze-type en cliquant ici

en savoir plus : Equipe du Portugal de Football