Portugal : Le message prophétique d’Eder sur Facebook

Voir le site Euro 2016 de football

Eder
Par Jonathan MURCIANO|Ecrit pour TF1|2016-07-13T12:47:26.104Z, mis à jour 2016-07-13T13:28:58.430Z

Longtemps conspué par les supporters du Portugal, Eder est devenu le nouveau héros du pays après son but en finale. Au début du tournoi, il avait lancé un avertissement prophétique.

Un but lors de ses 21 premières sélections. Les premiers pas d’Eder avec la Seleçao ont été accompagnés par les critiques de la presse et les sifflets de ses supporters. Au mois de mai, ces derniers se sont demandé pourquoi leur sélectionneur, Fernando Santos, avait décidé d’inclure l’attaquant du LOSC dans sa liste des 23. Malgré ses deux buts lors des trois matches de préparation à l’Euro, Eder a continué à être un punching-ball verbal de la part des fans portugais.

« Continuez à me sous-estimer »

A quelques heures des premiers pas de la Seleçao dans le tournoi continental face à l’Islande (1-1) le 14 juin, Eder avait posté une phrase loin d’être sybilline sur son compte Facebook. « Continuez à me sous-estimer », a lancé l’attaquant d'origine bissau-guinéenne sur les réseaux sociaux à l’attention de tous ceux qui l’ont critiqué. Un avertissement contradictoire avec ses déclarations publiques. Interrogé sur son statut de « mal-aimé » de la sélection avant le début de l’Euro, il avait assuré ne pas vouloir « faire taire les critiques ». « Ça ne m'intéresse pas », avait-il assuré. « Ce que je veux c'est travailler pour ma sélection. »


Eder

A jamais dans le cœur des Portugais

Fernando Santos avait même pris sa défense et ne voulait pas le voir devenir « le vilain petit canard » de son équipe. Le sélectionneur lusitanien a eu raison de miser sur lui après sa deuxième partie de saison très réussie avec Lille (6 buts et 4 passes décisives). Il n’avait joué que six minutes contre les Islandais lors de la phase de poules avant de prendre le relais de Renato Sanches à la 79ème minute de la finale face à la France dimanche. Un coaching payant pour Fernando Santos, qui a exulté de joie comme ses 11 millions de compatriotes, au moment du but d’Eder dans la prolongation. Et comme le dit si bien le guide de la Seleçao, « le vilain petit canard » Eder est devenu « un beau cygne. »

 ► Créez votre onze-type du tournoi en cliquant ici

en savoir plus : Equipe du Portugal de Football