Dans l'actualité récente

Russie : Les autorités jouent l’apaisement avant le Mondial 2018

Voir le site Euro 2016 de football

RUSSIE
Par Jean-Moïse DUBOURG|Ecrit pour TF1|2016-07-13T16:23:31.568Z, mis à jour 2016-07-13T16:25:48.147Z

Alors que les actions violentes de ses hooligans resteront comme le gros point noir de cet Euro 2016, les autorités russes veulent rassurer à deux ans du Mondial organisé sur leur sol.

Au moment de dresser le bilan de l’organisation de l’Euro 2016 par la France, les commentaires s’avèrent plutôt positifs. Deux exceptions toutefois : l’état de certaines pelouses et les incidents dus à des hooligans en début de compétition. Sur ce dernier point, malheureusement les Russes se sont particulièrement illustrés en provoquant de très violents incidents à Marseille le 11 juin en marge du match Angleterre-Russie. D’où une inquiétude légitime à deux ans de la Coupe du monde qui sera organisée en Russie (14 juin-15 juillet). Mais, alors que le pays-hôte du prochain Mondial s’est donc illustré par l’extrême violence de ses supporters et non par les résultats de son équipe nationale, éliminée dès le premier tour, les organisateurs russes ont d’ores et déjà entamé leur opération « reconquête » afin de rassurer le monde.

Enfin des interdictions de stade

« Nous ferons tout pour que les équipes et les supporters se sentent bien et en sécurité, a ainsi scandé Vitali Moutko, qui compile les casquettes de ministre des Sports russe, président de la Fédération russe de football et président du Comité d’organisation de la Coupe du monde 2018... Nous avons passé au cours des derniers mois une loi introduisant des peines plus sévères pour les fauteurs de trouble dans les stades. » Un exemple de mesure prise ces derniers temps en Russie : les interdictions de stade… Des interdictions en vigueur dans les autres pays d’Europe depuis un certain nombre d’années. « Nous avons regardé et appris de l'Euro 2016, a souligné Fatma Samoura, la secrétaire générale de la FIFA. Ces leçons seront mises en pratique en Russie, mais aussi dans le futur pour d'autres événements où un risque existe. »

Poutine se démultiplie

Vladimir Poutine, le président russe, a beau multiplier les gestes forts pour prouver sa bonne volonté (amendement pour rendre public les noms des interdits de stade, présentation d’une carte d’identité à l’entrée des enceintes, peines de prison ferme pour les supporters violents, création d'un service dédié à la sécurité du Mondial sous la responsabilité des services secrets…), les doutes demeurent sur la réelle volonté de combattre le hooliganisme. A l’occasion de l’Euro 2016, les autorités russes n’avaient-elles pas signalé à la France les noms de seulement 35 supporters potentiellement dangereux pendant que les Allemands et les Anglais attiraient l’attention sur 2500 et 2000 personnes à surveiller ?

L’invitation de… Chpryguine

Les propos d’Alexandre Chpryguine, le président de l'Association des supporters russes, expulsé de France à deux reprises pendant l’Euro pour troubles à l’ordre public, font également froid dans le dos : « Les Anglais, les Français, les Polonais, venez en Russie ! Nous voulons montrer que nous pouvons être un pays accueillant et sûr, que nous sommes des gens normaux. » Pas certain que de telles paroles venant d’un individu controversé qui n’a peur de rien et qui manie particulièrement bien l’ironie rassurent réellement les prétendants à un voyage en Russie à l’été 2018…

 ► Créez votre onze-type du tournoi et partagez-leen cliquant ici