Dans l'actualité récente

Ces stars qui n'ont pas encore joué une minute...

Voir le site Euro 2016 de football

Liga : le Real Madrid dit adieu à Iker Casillas
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-06-24T15:52:05.831Z, mis à jour 2016-06-24T16:17:00.327Z

Ils sont considérés comme des joueurs importants. Mais depuis le début de la compétition, ils n'ont pas foulé les pelouses ! Focus sur ces stars dans l'ombre.

Will Grigg (Irlande du Nord)

Il est peut-être la superstar de l'Euro 2016. Son nom est associé à une chanson rendue célèbre par les très populaires supporters de l'Irlande du Nord. Mais s'il a flambé avec son club Wigan en D3 anglaise, l'attaquant Will Grigg n'est pas une option de premier choix pour le sélectionneur Michael O'Neill.


 Wojciech Szczesny (Pologne)

Blessé à une cuisse, le portier numéro un de la sélection polonaise est toujours sur le flanc. Du coup, c'est Lukasz Fabianski qui garde la cage de la Pologne, tandis que le starr et les supporters se demandent quand Wojciech Szczesny sera apte à jouer... et s'il sera en forme.

Lukas Podolski (Allemagne)

Buteur très redouté chaque fois qu'il porte le maillot de la Nationalmannschaft, Lukas Podolski n'entre pas, jusqu'à présent, dans les petits papiers de Joachim Löw. Pourtant, les Allemands ont connu des soucis jusqu'à présent dans leur animation offensive.

Iker Casillas (Espagne)

Vicente Del Bosque aurait pu faire tourner son équipe pour le troisième match face à la Croatie, alors que l'Espagne était déjà qualifié. Mais le sélectionneur a maintenu son onze-type avec David De Gea dans la cage. Pas de nouvelle cape donc pour le recordman de sélections Iker Casillas. Et dire que la Roja s'est inclinée face aux Croates, a terminé à la seconde place du groupe D (ce qui lui vaut un huitième contre l'Italie) et qu'en plus, De Gea a commis deux erreurs dont une fatale dans ce match...

Michy Batshuayi (Belgique)

Le futur ex-Marseillais est l'un des attaquants les plus convoités d'Europe. Il est promis à un bel avenir alors qu'il n'a que 22 ans. Mais les places sont chères avec la sélection belge. Marc Wilmots opte pour un système avec un attaquant de pointe. Et dans l'ordre, la hiérarchie est établie : Romelu Lukaku, Christian Benteke, Divock Origi et Michy Batshuayi.

Eliaquim Mangala (France)

« Victime » du retour d'Adil Rami en équipe de France, Eliaquim Mangala va sans doute, sauf blessure, suivre toute la compétition depuis le banc des remplaçants. La défense française, forte remaniée avant le début de la compétition (blessures, suspension...), a montré des signes de fébrilité que Didier Deschamps et ses joueurs cherchent à gommer. Du coup, le sélectionneur maintient son arrière-garde et en prend soin, avec que les automatismes restent. Dommage pour Mangala et les autres défenseurs remplaçants.

Simon Mignolet (Belgique) et Anthony Lopes (Portugal)

Le poste de gardien de but est délicat. Un numéro un est désigné, et sauf blessure ou troisième match « pour du beurre », le numéro deux n'a que peu de chances de jouer. C'est le destin de Simon Mignolet, le portier de Liverpool et de la Belgique. Chez les Diables rouges, le titulaire est Thibaut Courtois. Et les Belges ont dû jouer à fond leur troisième rencontre du groupe E puisqu'ils n'étaient pas qualifiés à ce moment-là. La donne est la même pour le Portugais Anthony Lopes. Excellent avec l'Olympique lyonnais, convaincant lorsqu'il a été sollicité par le sélectionneur de l'équipe nationale, il reste derrière Rui Patricio.