Dans l'actualité récente

Equipe de France / Stéphan : « Il n’y a plus d’inquiétudes »

Voir le site Euro 2016 de football

Pogba et l'équipe de France
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-06-24T11:41:46.501Z, mis à jour 2016-06-24T14:24:22.970Z

Passé devant la presse vendredi, Guy Stéphan a analysé le premier tour de l'équipe de France avec recul et optimisme. Selon l'adjoint de Deschamps, les doutes observés font partie du passé.

Les Bleus entament la dernière ligne droite avant  les choses sérieuses. Passé en conférence de presse, vendredi, avant le départ de l’équipe de France pour Lyon où elle disputera son huitième de finale de l’Euro 2016 face à l’Irlande, dimanche à 15h00, Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps, est revenu sur le premier tour des Bleus, les attentes  et l’Irlande. Prime à l'optimisme chez le technicien.

La défense de l’équipe de France

« C’est bien de rappeler quelle sélection aurait résisté en l’espace neuf mois à un changement de 50% de son équipe à cause des blessures et des raisons extra-sportives. Très peu auraient pu se permettre de perdre 50% de leur défense. On a perdu Varane et Mathieu suite à des blessures. Mamadou Sakho c’est plus extra-sportif. Si on a pu avoir des signes d’inquiétudes pendant la préparation et lors du premier match, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Mais le travail ets toujours en cours. »

Laurent Koscielny

« Son évolution il l’a gagné sur le terrain. Il est capitaine et vice-capitaine à Arsenal. En équipe de France, il a toujours été performant, solide et dur au mal. Il sait relancer. Il me semble être reconnu à sa juste valeur en France. »

Dimitri Payet

« Il a gagné en régularité. Il est devenu un passeur décisif et un buteur. Il l’était déjà avant mais il le fait régulièrement maintenant. Il met des buts et il en fait marquer aux autres. Il respire la santé et la joie de vivre. »

Le premier match des Bleus à 15h

« Didier a avancé progressivement les horaires d’entraînements. On avait l’habitude de s’entraîner à 17h30 au premier tour. Maintenant on est passé à 16h30, puis à 15h30. Il faut s’habituer à prendre de nouvelle habitudes, notamment concernant les repas et le sommeil. Certains de nos joueurs sont habitués à jouer à ces horaires. C’est nouveau dans cette compétition, mais ce n’est une révolution pour eux.

« Demain on s’entraînera plus tôt, à 14h30. Mais c’est parce que l’UEFA nous a demandé un créneau horaire. Là c’est bien parce que la pelouse est en bon état. Il a fait très chaud hier, mais il fera bon à Lyon dimanche, on attend 24 degrès. »


Les jours de récupération inégaux

« Normalement trois jours de récupération en plus ça compte dans une compétition. Mais attention, ils ont commencé plus tard : le 13 juin et nous le 10. Oui on a eu plus de récupération, mais il faut se méfier. C’est arrivé à certaines équipes d’avoir plus de jours pour se préparer et de se manquer le moment venu. »

« Tout le monde ne peut pas jouer le même jour et si on regarde bien le calendrier. Je ne veux pas extrapoler, si on regarde bien le calendrier, c’était mieux de terminer deuxième. »

L’Irlande : « Il n'y aura pas d'esprit de revanche »

« L’Irlande est tombée sur un groupe difficile avec la Belgique, l’Italie et la Suède. Ils étaient également dans un groupe de qualification compliqué où ils avaient notamment battu l’Allemagne. C’est une équipe qui prend peu de buts, elle est très solide. »

« Sincèrement je ne pense pas qu’il y ait un esprit de revanche. Il reste quelques joueurs des deux côtés qui y étaient. Mais il y a d’autres facteurs qui entrent en compte pour ce match et pas forcément le passé. »

« Il faut trouver le juste milieu et l’entraînement d’un match et la préparation. Il a fallu récupérer physiquement et se préparer. On a connu notre adversaire que mercredi, mais ce n’est pas une excuse en soi. Maintenant on lutte pour se qualifier, le premier tour est terminé. Les ressorts ce seront les mots de Didier Deschamps qui devra laisser le groupe en alerte. »


La semaine calme des Bleus après le premier tour

« On n’est pas en vase-clos. Didier a beaucoup ouvert le groupe, notamment lors du premier stage qui avait débuté le 17 mai à Biarritz où tous les entraînements étaient ouverts. Il y a eu beaucoup d’entretiens individuels avec la presse là-bas. Après la phase de groupes, il était intéressant de se retrouver ensemble. Les joueurs ont fait des activités annexes. Ils avaient besoin de récupérer. »

Son entente avec Didier Deschamps

« Avec Didier on se connaît très bien, on a travaillé ensemble à Marseille. On communique beaucoup. Il nous arrive d’avoir des conversations assez souvent. »

« Ce que je pense du technicien ? C’est un gagneur, mais pas seulement. Il pèse et sous pèse les décisions qu’il doit prendre. C’est un entraîneur dans l’âme. Il aime entraîner et manager. Il n’a qu’une chose en tête : gagner. »

Le niveau accroché de l’Euro

« L’Euro c’est dur pour tout le monde, c’est la première fois depuis 1996 qu’aucune équipe n’a gagné ses trois matches de la phase de groupes. On a marqué moins de points que l’Allemagne mais on a marqué plus de buts qu’eux. »




en savoir plus : Equipe de France de Football