Dans l'actualité récente

Suède : Les risques de l'Ibra-dépendance

Voir le site Euro 2016 de football

error
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-06-05T14:45:56.259Z, mis à jour 2016-06-06T12:08:49.158Z

A force de s'appuyer sur les larges épaules de son attaquant, la Suède pourrait se retrouver fort dépourvue pour forcer le destin durant l'Euro.

Paris, Suède, même combat : que ce soit au sein du club parisien ou au sein de l'équipe nationale, Zlatan Ibrahimovic prend toute la place. Il est la star, le joueur sur lequel on compte. Et cela peut se retourner contre lui.


Un leader aux pouvoirs limités

Après les années Henrik Larsson, la Suède s'est trouvée un nouveau buteur de génie il y a environ 12 ans : Zlatan Ibrahimovic. L'attaquant est devenu le leader offensif de sa sélection à la faveur de buts et de gestes fous. Comme à Paris, il s'est rendu indispensable. Pourtant, la Suède n'a plus brillé depuis longtemps dans les grandes compétitions. Hormis un quart de finale à l'Euro 2004, l'équipe nationale n'a pas tutoyé les sommets. Aussi talentueux soit-il, Ibra n'est pas parvenu à tirer la Suède vers le haut, comme il n'a su faire passer un cap au PSG en Ligue des champions.

Aucune option équivalente en attaque

C'est le revers de la médaille : à trop compter sur le meilleur buteur de son histoire (62 buts), l'équipe nationale suédoise risque de manquer de munitions si elle perd Ibrahimovic ou si le capitaine se retrouve cerné, comme ce fut le cas avec le PSG face à Barcelone, Chelsea ou Manchester City.

Par le passé, le sélectionneur suédois pouvait compter sur d'autres cartouches comme Johan Elmander, Markus Rosenberg ou Fredrik Ljungberg. Aujourd'hui, après Zlatan Ibrahimovic,  les solutions de rechange s'appellent Marcus Berg, John Guidetti et Emir Kujovic, soit des attaquants d'un tout autre calibre. L'entraîneur Erik Hamren n'a plus qu'à espérer que le futur ex-Parisien, touché à un tibia il y a quelques jours, soit au top de sa forme pendant l'Euro 2016.