Super Victor, une mascotte magique et sympathique

Voir le site Euro 2016 de football

Mascotte Euro 2016
Par Justine SOIGNON|Ecrit pour TF1|2016-06-05T20:17:44.480Z, mis à jour 2016-06-05T20:36:00.313Z

C'est bien beau de présenter toutes les équipes une à une mais faudrait peut-être penser à moi aussi ! Je suis la mascotte de l'Euro 2016 et vous allez me voir un peu partout dès le 10 juin.

Chaque grande compétition a sa mascotte. Cette dernière est destinée à un public jeune et se décline sous diverses formes. Cette année, la mascotte, c’est moi ! Laissez-moi me présenter. Je suis un petit garçon et je m’appelle Super Victor. Et ça, c'est que je veux voir pendant tout le mois de la compétition :


Qui suis-je ? D'où viens-je ?

Je dois mon nom aux internautes. Le comité organisateur de la compétition avait soumis au vote mon nom. « Super Victor » a récolté 51 781 votes et a été préféré à Goalix (29 331 votes) et Driblou (26 678 votes). Dans l’Equipe, les organisateurs s’étaient montrés heureux de ce choix : « Ce nom, international, symbolise d’une part la victoire et d’autre part les super-héros. Le petit garçon a, en effet, lui-même des super pouvoirs grâce à sa cape et ses chaussures magiques qui lui permettent de voler, d’être un petit génie du football et de créer un peu de magie autour de lui. » Sur Twitter, en revanche, mon baptême n’a pas fait l’unanimité.



Mais hé, c'est pas ma faute hein. Depuis quand les enfants s'auto-baptisent ?

A quoi je sers ?

Avant le début de la compétition, mon objectif est de faire monter la température petit à petit. Je vais à la rencontre des enfants et vous pourrez me croiser à chaque match. On m’a donné comme rôle d’incarner la proximité. Pour Zebrand, la petite PME lyonnaise qui m’a donné naissance, je vais « porter les valeurs de l’Euro, évoquer le football, le spectacle et porter les valeurs culturelles du pays hôte ». Et pour faire tout ça, j'ai même un compte Twitter !


Mes prédécesseurs

Depuis 2002, les mascottes ont toujours été des enfants : Kinas, un petit garçon portugais lors de l’Euro 2004 ; Trix et Flix, des jumeaux footballeurs pour l’Euro 2008 en Suisse et Autriche et Slavek et Slavko, d’autres jumeaux footballeurs représentant la Pologne et l’Ukraine pour l’Euro 2012. Avant, c’était des animaux : Benelucky, le diable-lion aux couleurs de la Belgique et des Pays-Bas pour l’Euro 2000 ; Goaliath, un lion pour l’Euro 1996 en Angleterre ou encore Berni, un lapin jaune et bleu pour l’Euro 1992 en Suède. En 1984, lors de l’Euro en France, la mascotte était un coq nommé Peno.


mascotte Euro 1984

En 1998 (ce n’était pas un Euro mais on est obligés d’en parler), Footix n’avait, lui non plus, pas rencontré le succès escompté auprès des supporters. Pourtant, tout le monde se souvient de lui pour la simple et bonne raison que les Bleus avaient fini champions. Et si la vie n’était qu’un éternel recommencement ?