Top 5 : Les Ballons d'or qui n'ont jamais joué l'Euro

Voir le site Euro 2016 de football

Eliminatoires Euro 68   George Best   Irlande du Nord Angleterre
Par Xavier BEAL|Ecrit pour TF1|2015-11-23T11:32:30.155Z, mis à jour 2015-11-29T09:40:01.299Z

De 1956 à 1995, le Ballon d'or était uniquement attribué aux joueurs européens évoluant en Europe. Et plusieurs lauréats n'ont jamais disputé la moindre phase finale… Découvrez le Top 5 de la rédaction.

Trophée individuel le plus prestigieux du football, le Ballon d'or n'a pas toujours été synonyme d'Euro pour ses détenteurs. Découvrez les cinq grands joueurs qui ont gagné le Ballon d'or mais n'ont jamais disputé une phase finale de l'Euro.

1. Alfredo Di Stéfano

Sacré Ballon d'or en 1957 et 1959, l'Argentin Alfredo Di Stéfano est naturalisé espagnol le 13 octobre 1956 lorsqu'il évolue au Real Madrid.

Il joue son premier match avec la Roja le 30 janvier 1957, inscrivant un triplé lors de la victoire 5-1 de sa sélection contre les Pays-Bas et participe ensuite aux éliminatoires de l'Euro 1960. L'Espagne écarte la Pologne au premier tour préliminaire, Di Stéfano marquant deux buts à l'aller en Pologne (victoire 4-2) et un au retour à Madrid (succès 3-0).

Eliminatoires Euro 1960   Espagne Pologne

Au tour préliminaire suivant, l'Espagne doit affronter l'URSS et son célèbre gardien Lev Yachine. Alors que l'Espagne est favorite, le gouvernement du Général-Dictateur Franco redoute une défaite face à des communistes - on est alors en pleine guerre froide - et force la Roja à déclarer forfait.

A 33 ans, Di Stéfano voit l'opportunité de jouer son premier et dernier Euro lui filer sous le nez… Ironie du sort, l'Espagne remportera l'Euro suivant en battant… l'URSS.

2. George Best

Surnommé le Cinquième Beatles, George Best était un joueur extrêmement talentueux qui a gâché une bonne partie de sa carrière à cause des femmes et de l'alcool. Il a tout de même remporté la même année, en 1968, la C1 avec Manchester United et le Ballon d'or.

Sur le plan international, Best faisait partie de la modeste sélection d'Irlande du Nord. Son pays échoue ainsi lors des éliminatoires de l'Euro 1968 même si Best livre une partie exceptionnelle contre l'Ecosse le 21 octobre 1967. Ce match est d'ailleurs resté dans l'histoire comme "The George Best International".

Après l'échec de la qualification à l'Euro 68, Best retente une dernière fois sa chance lors des éliminatoires de l'Euro 72. Il marque 4 buts en 5 matches dont un triplé contre Chypre. Hélas pour Best, l'Irlande du Nord termine seulement troisième de son groupe derrière l'URSS et l'Espagne.

3. Eusébio

Eusébio est LA légende du football portugais : Ballon d'or 1965, il est la star du Grand Benfica des années 60 et emmène le Portugal en demi-finale du Mondial 66. Mais la "panthère noire" n'a pas eu la même réussite avec l'Euro !

Lors des éliminatoires de l'Euro 1964, le Portugal est victime de la Bulgarie lors d'un match d'appui (défaite 1-0 après un score de 4-4 en aller-retour). Eusébio, indispensable à sa sélection, ne peut jouer ce match décisif à cause d'une blessure survenue quelques jours plus tôt lors du match Benfica-Barreirense. Quatre ans plus tard, la même Bulgarie devance le Portugal dans le Groupe 2 des éliminatoires…

Enfin, lors des éliminatoires de l'Euro 1972, le Portugal sera devancé par la Belgique. Malgré ces trois échecs, Eusébio aura tout de même inscrit cinq buts lors des phases éliminatoires.

[VIDEO] Le dernier hommage du Portugal à Eusébio

4. Raymond Kopa

En 1958, la France termine 3e de la Coupe du monde en Suède et Raymond Kopa, qui est élu meilleur joueur du tournoi, reçoit par la suite le Ballon d'or. Dans la foulée, la France s'attaque à l'Euro 1960.

Kopa aide ainsi la France à se défaire de l'Autriche lors du tour préliminaire avec deux belles victoires : 5-2 à l'aller à Colombes et 4-2 au retour à Vienne. Mais juste avant la phase finale, jouée en France, Kopa déclare forfait en raison de douleurs aux chevilles. Sans lui, mais aussi en l'absence de Just Fontaine, les Bleus s'inclinent en demi-finale puis en petite-finale.

5. Roberto Baggio

Ballon d'or 1993 et star de la Squadra Azzurra dans les années 90, Roberto Baggio a connu une véritable malédiction avec l'Euro. "Roby" débute ainsi en sélection quelques mois après l'Euro 1988, et participe aux éliminatoires de l'Euro 92, marquant contre la Hongrie et Chypre. Deuxième de son groupe qualificatif derrière l'URSS, l'Italie est éliminée mais espère être repêchée après l'éclatement du bloc soviétique. Mais l'URSS disputera malgré tout l'Euro 92 sous la bannière de la CEI.

Quatre ans plus tard, l'Italie est belle et bien présente pour l'Euro 96 mais Baggio est n'est pas sélectionné pour la phase finale par Arrigo Sacchi, les relations entre les deux hommes étant compliquées. 

Baggio va également manquer l'Euro 2000 puisque le sélectionneur Dino Zoff ne compte pas sur lui et ne l'utilise qu'à deux reprises lors des éliminatoires, contre le Pays de Galles en 1998 et la Biélorussie en 1999.

Ce match contre la Biélorussie est le début d'une longue éclipse pour Baggio avec la Nazionale. Mais grâce à la pression des tifosi, il fait son retour sélection en avril 2004, contre l'Espagne, à l'âge de 37 ans. Malgré un bon match, Giovanni Trapattoni ne fera plus appel à Baggio et ne le retiendra pas dans sa liste des 23 pour l'Euro. Baggio pourra peut-être se consoler avec ses vignettes Panini de l'Euro 92 et 96…

Vignettes Panini de Roberto Baggio