Premier tour : Notre Top 5 des surprises

Voir le site Euro 2016 de football

Kiraly le gardien hongrois
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-06-23T12:21:26.446Z, mis à jour 2016-06-23T15:40:45.138Z

Kiraly, Kimmich, Allen, Kanté et Perisic, ils ont marqué cette première partie de l'Euro. Tour d'horizon de nos coups de coeur.

La phase de poule s'est achevé hier, l'heure de faire un premier bilan de la compétition. Certains joueurs nous ont surpris :


1 - Gabor Kiraly (Hongrie)

Le buzz de la compétition c'est lui ! Le dernier rempart de l'équipe de Hongrie balade sa dégaine de gardien de DH d'un autre temps depuis plus de vingt ans mais l'Europe du football le redécouvre aujourd'hui pour sa toute première compétition internationale. Son fameux jogging gris est déjà en vente sur internet et risque fort de devenir l'accessoir hype du moment.


Pourtant, au delà de cet aspect purement esthétique, Kiraly c'est avant tout un gardien de très haut niveau, professionnel depuis 20 ans et passé par la Bundesliga et la Premier League. Intraitable dans ses buts, le quadragénaire, plus vieux joueurs de la compétition aura su imposer son gabarit puissant (1m91 pour 85 kg) pour permettre à sa sélection de terminer en tête de la poule F devant le Portugal, l'Autriche et l'Islande. Fort de ses 104 sélections, il sera un atout de poids pour défier la Belgique et continuer à rêver.


2 - Joshua Kimmich (Allemagne)

C'est la surprise sorti du chapeau de Joachim Low pour le dernier match de l'Allemagne contre l'Irlande du Nord. Titularisé au poste de latéral droit un peu à la surprise générale, l'habituel milieu de terrain du Bayern de Munich a crevé l'écran. Infatigable, multipliant les aller-retours, le jeune homme de 21 ans s'est affirmé en 90 mn comme le successeur crédible de l'immense Philipp Lahm.


Couvé par Guardiola au Bayern, Kimmich est l'archétype du joueur moderne. Complet, polyvalent et adaptable, il passe sans problème d'un poste à l'autre, au milieu ou en défense, sans que ses performances n'en soient impactées. Ses 90% de passes réussies et ses quatre centres décisifs ont démontré des qualités techniques au dessus de la moyenne. Déjà indispensable au champion du monde Allemand.


3- Joe Allen (Pays de Galles)

Au moment d'évoquer le beau parcours du Pays de Galles, sorti leader de la poule B, deux noms reviennent sur touts les lèvres : Gareth Bale et Aaron Ramsey. Si les deux leaders offensifs des dragons réalisent une Euro tonitruant, résumer le Pays de Galles à leurs seules performances serait très restrictifs. Derrière eux, un joueur s'affirme comme la plaque tournante du milieu de terrain : le Liverpuldien Joe Allen.


Infatigable ratisseur de ballon, relanceur, organisateur, créateur, le lutin (1m68) aux allures de Jésus est partout et tient le milieu de terrain Gallois. Particulièrement performant contre la Russie, il aura un rôle décisif à jouer pour la suite de la compétition. Toujours dans l'ombre de Bale et Ramsey...


4 - N'Golo Kanté (France)

31 mai dernier, énorme coup dur pour Didier Deschamps avec l'officialisation du forfait de la sentinelle de l'OM Lassana Diarra, l'équipe de France semble alors particulièrement fragilisée. Trois semaines plus tard, on ne trouve plus personne pour regretter son absence, N'Golo Kanté est passé par là !

Le milieu de terrain de Leicester a mis tout le monde d'accord en trois matches. Irréprochables dans une position de sentinelle qu'il n'occupe pas en club, il a  été l'élément le plus performant du trio Français lors de ses deux rencontres contre la Roumanie et l'Albanie. A tel point que, si Pogba et Matuidi ont été remis en question, aucun observateur n'envisage de se passer du champion d'Angleterre pour les matches couperets qui arrivent... Son activité incessante, sa capacité à couper les trajectoires et son harcèlement constant des créateurs adverses en ont fait une référence à son poste. Indispensable, il pourrait très vite aller voir plus haut que Leicester...



5 - Ivan Perisic

On attendait les artistes Rakitic et Modric pour porter la Croatie au deuxième tour mais la lumière est finalement venue d'ailleurs, du pied gauche d'Ivan Perisic. On joue la 87ème minute du match Croatie-Espagne quand le gaucher de l'Inter Milan crucifie De Gea d'une frappe sèche au premier poteau et permet  aux Dalmates de prendre la première place du groupe et d'éviter l'Italie en huitièmes.



Pourtant résumer les performances de l'ancien de Wolfsburg à ce seul fait d'arme serait très réducteur tant l'ailier a pesé sur le jeu de son équipe. Virevoltant et incisif, il avait déjà marqué contre la République Tchèque avant son festival Bordelais. Auteur de 5 buts et 6 passes décisives lors des 9 dernières sorties croates, l'homme fort de la sélection d'Ante Cacic c'est lui.